Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

14 juin 2024

Suivez-nous

Accord de Montana :  Tel est pris qui croyait prendre ou le jeu à malin malin 1/2

ByLe Quotidien 509

5 mai 2024

Les verres se cassent assez tôt  au sein du Conseil présidentiel de transition et les tessons s’agglutinent en rafale de majorité. Plus tôt que le présageaient les prédictions de certains Observateurs. Ce qui se passe aujourd’hui au sein du Conseil présidentiel de la transition était pourtant prévisible : les calculs politiques de l’équipe de Montana faussés par le préjugé du nombre ont échoué. Malgré l’accompagnement exclusiviste et irréfléchi de Jonathan Powell, de lobbyistes de Washington et d’Ottawa et surtout de l’influence de certains membres du Congrès américain ; Montana a encore raté son coup politique lors même que le gâteau lui est bien servi sur un plateau d’argent.

Banalisation des compétiteurs, mauvaise lecture de la situation, incohérence, l’équipe de Montana a oublié que la politique haïtienne est singulière, que les acteurs d’en face sont des experts manœuvriers, des rats de la politique politicienne et que l’International orchestre le rythme avec intérêt et engouement pour le déploiement du Kenya.

La bataille pour le pouvoir, au mépris de l’enfer que vit la population, continue tranquillement entre les pôles d’intérêts visibles et non visibles au détriment du peuple victime de tous les fléaux. Le vieil adage dit ”qui se ressemblent, s’assemblent”, la classe des affaires est aussi décriée que la classe politique tant sur la plage de la Corruption, des Tractations suspectes ou du Gaspillage des ressources de l’Etat.

Les neuf (9) membres du Conseil présidentiel de transition sont tous, par association, logés à la même enseigne et servis à la Nation comme une bouillabaisse.

Récapitulons pour mieux saisir les méandres de la roublardise. 

Le 30 avril 2024, le Conseil Présidentiel de transition à travers l’organe officiel du gouvernement en l’occurrence le ministère de la Culture et de la Communication, dirigé par la ministre démissionnaire Emmelie Prophète Milcé a invité la Presse aux élections du Président du CPT. Le décor étant bien planté, même le logo du Conseil électoral provisoire (CEP), injure publique, était en évidence devant le lutrin. Après plus d’une heure 30 minutes de retard, le Conseiller-Président sans droit de vote Frinel Joseph, pasteur de son état et, à l’occasion, représentant de la société civile, a informé que selon un Consensus trouvé entre les membres du CPT et dégagé par une majorité 4/7, le représentant du Collectif 30 Janvier, Edgar Leblanc Fils, sera le Président du CPT. Photo officielle du jour avec tous les autres membres, discours de circonstances, félicitations. Etc.….

Dans la même foulée, le Conseiller-Président Frinel Joseph, a ajouté que le citoyen Fritz Bélisaire a été désigné par cette même majorité pour être aussi le Premier ministre. Futé, le pasteur a eu soin de prévenir que ces décisions n’engageaient que leurs géniteurs. Deux annonces pour le prix d’un qui choqueront l’opinion publique, et un peu plus quand Moïse Jean Charles prendra publiquement le crédit du choix du “PM” Bélisaire.

Cette deuxième annonce impromptue et maladroite créera un malaise au sein des composantes des entités et même au niveau des concepteurs étrangers du Conseil présidentiel de transition. Luis Almagro, sprinter invétéré, Secrétaire Général de l’OEA, a salué Edgar Leblanc comme Président, mais a invité les acteurs à respecter l’accord qu’ils avaient signé entre eux concernant le processus de nomination au poste de Premier Ministre.

Selon les déclarations de Edgar Leblanc dans la presse haïtienne, un consensus a été trouvé entre les acteurs qui n’ont pas jugé nécessaire de faire une mise en scène pour le public alors que le CPT avait promis des élections publiques en toute transparence. Le bloc Montana, Fanmi Lavalas et Secteur des Affaires le convoitait lui aussi, poursuit-il, pour avoir la majorité 4/7, tel que l’ont réalisé avec intelligence et célérité le Groupe EDE/RED/Compromis Historique, Pitit Desalin et Accord du 21 Décembre. L’offre du Bloc Montana ne convenant apparemment pas, Edgard Leblanc Fils a donc intégré le bloc d’en face. Montana perd la majorité 4/7 et rouspète à grand cri supporté par lavalas.

La fuite organisée du document informant que ce bloc constitué formait dorénavant une majorité indissoluble, jettera un pavé dans la marre et établira que la bande à Moïse s’est dorénavant érigée en meneurs du CPT. Les trois autres membres votant rejoindront tacitement le bloc des observateurs.

Cet accord du Bloc Majoritaire Indissoluble (BMI) garantit la prise de pouvoir total aux entités qui le constituent et diminue les risques de coup-bas entre eux. 

La politique est ce qu’elle est : un véritable jeu d’échec et d’intérêts. Rien n’est donné en cadeau ni gagné à l’avance, la ristourne est toujours attendue en échange ou récupérée  au bon moment.

L’accord de Montana n’a donc pas su faire à temps le compromis politique adéquat pour sceller un accord avec Edgar Leblanc Fils; d’autant que dans l’opinion, Fritz Jean n’est pas le pion bien aimé même si son statut de président issu d’élections, fait de lui un partenaire obligé et le rend utile à l’équipe. Cela a été bien noté depuis qu’il avait accepté en 2022 de rencontrer seul Brian Nichols, le sous-secrétaire d’État adjoint aux Affaires hémisphériques des Etats-Unis d’Amérique. Un élément de clivage de plus au crédit de l’International.

Jonathan Powell n’est il pas l’artisan de cet imbroglio ?

Après avoir échoué en 2022 dans les négociations pour la présidence du Haut Conseil de Transition (HCT), aujourd’hui (Avril 2024) Montana perd ses espérances hégémoniques et conséquemment la présidence du Conseil présidentiel de transition (CPT). En désespoir de cause, les perdants tentent de se rabattre sur une présidence tournante dont ils n’avaient pas parlé  antérieurement et encore moins dans l’Accord du 3 Avril constituant  “l’ossature” du CPT  et de toutes les entités signataires. Et dire que les parties prenantes à cet Accord avaient même exigé que Ariel Henry le publie dans le journal officiel « Le Moniteur » ainsi que le projet de décret portant création et fonctionnement du CPT. Cet accord pourra-t-il être révisé à chaque fois qu’une situation non prévue antérieurement par les signataires se présente ?

Ce sera du dilettantisme !

La Rédaction

La suite à notre prochaine publication.  “Le CPT et les conséquénces de la charrue avant les boeufs”