Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

17 juin 2024

Suivez-nous

Le Congrès américain hésite à financer la mission du Kenya en Haïti : seulement 10 millions de dollars sont débloqués

Tetra Images/Henryk Sadura/Brand X Pictures/Getty Image

Les principaux dirigeants kenyans, qui s’efforcent de trouver un moyen de contourner une décision de justice bloquant l’envoi d’un millier de policiers pour aider Haïti, ravagé par les gangs, pensent pouvoir trouver une solution dès la semaine prochaine. 

Mais ils seront alors confrontés à un autre obstacle : qui va payer pour tout cela ? La force kenyane est censée faire partie d’un effort multinational, approuvé par les Nations unies, pour aider Haïti, mais la question du financement n’a pas encore été résolue. 

L’administration Biden, qui a été à l’origine des efforts déployés par les Nations unies pour réunir un groupe de pays en vue d’aider Haïti, prévoit de prendre en charge une grande partie de la facture, qui devrait s’élever à plusieurs centaines de millions de dollars. Mais l’administration se heurte au scepticisme des dirigeants républicains du Congrès, ce qui complique encore une mission qui peine à prendre forme depuis plus d’un an, alors que les meurtres et les enlèvements liés à des gangs s’intensifient en Haïti. 

Les États-Unis se sont engagés à verser jusqu’à 200 millions de dollars pour financer la mission multinationale de soutien à la sécurité, qui devrait être dirigée par la police kenyane avec des contributions de la Jamaïque, des Bahamas et d’autres pays des Caraïbes et d’Afrique. 

Sur ce montant, l’administration a déjà demandé au Congrès 17 millions de dollars. Mais seuls 10 millions de dollars ont été débloqués, selon des sources bien informées du Miami Herald. Le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, Michael McCaul (R-TX), et le membre du rang de la commission des relations extérieures du Sénat, James Risch (R-ID), ont insisté pour obtenir plus de détails sur la nature de la mission, et ont suspendu le déblocage de tout financement américain supplémentaire jusqu’à ce qu’ils obtiennent davantage d’informations. “L’administration doit encore tenir les engagements spécifiques qu’elle a promis au Congrès dans le cadre du processus d’examen”, a déclaré Leslie Shedd, porte-parole de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants.

Le représentant républicain de Floride Mario Diaz-Balart, qui préside la sous-commission des crédits de la Chambre des représentants chargée de l’aide étrangère, a déclaré que les législateurs avaient besoin de plus d’informations de la part de l’administration Biden, notamment en ce qui concerne son plan B au cas où le Kenya ne serait pas en mesure de diriger la mission armée en Haïti. “Ce que je peux dire, c’est qu’il y a des inquiétudes légitimes concernant la viabilité du plan de la force multinationale, en particulier si l’on considère la récente décision de justice kenyane interdisant la participation de la police kenyane. 

L’administration Biden doit expliquer son plan d’urgence au cas où le Kenya n’apporterait plus son aide”, a déclaré M. Diaz-Balart. “Je n’écarte pas l’idée d’une force multinationale, mais à ce stade, nous avons simplement besoin de plus d’informations, ainsi que d’explications sur la charge financière que l’administration Biden souhaite assumer. 

L’instabilité d’Haïti a des répercussions au-delà de ses frontières, dans des pays voisins comme la République dominicaine et, bien sûr, les États-Unis”. Le financement américain est considéré à Nairobi comme un investissement initial qui devrait conduire à des contributions supplémentaires de la part de partenaires du monde entier. Mais l’ambassadeur du Kenya auprès des Nations unies, Martin Kimani, a déclaré la semaine dernière que l’argent n’avait pas été versé et qu’il subsistait “un manque de ressources substantiel”. Il n’a pas pointé du doigt les États-Unis.

“Il est essentiel d’obtenir le soutien le plus large possible pour que la mission soit véritablement multinationale”, a-t-il déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU. La lutte pour le financement n’est que le dernier revers en date pour la mission en Haïti. 

La semaine dernière, la Haute Cour du Kenya a déclaré que Nairobi ne pouvait pas déployer de policiers en dehors du pays sans un accord bilatéral avec Port-au-Prince établissant un accord de partage de la police. Le gouvernement a déclaré qu’il ferait appel de cette décision. S’adressant à un journaliste de Reuters mardi, le président kenyan William Ruto a déclaré que son gouvernement s’efforçait de répondre aux préoccupations de la Cour “afin que la mission puisse se dérouler dès la semaine prochaine, si toutes les formalités administratives sont remplies entre le Kenya et Haïti”.

En novembre, Kithure Kindiki, secrétaire du cabinet de M. Ruto chargé de l’intérieur, a déclaré au parlement que la mission devrait coûter 600 millions de dollars la première année, mais que le Kenya ne paierait pas la facture – et que sans financement initial, les officiers ne seraient pas déployés. “Le Kenya n’autorisera pas ses troupes à quitter le pays pour Haïti tant que toutes les ressources nécessaires, y compris l’équipement et les finances, ne seront pas mobilisées et disponibles”, a-t-il écrit sur le site de médias sociaux X, anciennement Twitter, le 9 novembre. “Aucun argent du contribuable ne sera dépensé pour déployer les 1 000 agents de la police nationale dans le cadre de la force multinationale. Le coût du déploiement sera supporté par les États membres des Nations unies par le biais d’une contribution volontaire”.

Avec Miami Herald (Extrait traduit de l’anglais au français)