Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

14 juin 2024

Suivez-nous

La première dame du Kenya a eu une conférence via Zoom avec Jimmy Cherizier “Barbecue” à travers son comité de prière pour Haïti 

Les dirigeants kenyans ne disent pas grand-chose publiquement sur la force de sécurité qu’ils prévoient d’envoyer en Haïti, où sévissent des gangs. Mais ils parlent beaucoup avec Dieu.

Le mois dernier, alors que les groupes armés intensifiaient leur insurrection à Port-au-Prince et plongeaient Haïti dans une crise humanitaire historique, des pasteurs conseillant le gouvernement kenyan se sont réunis pendant trois jours dans un hôtel de Nairobi pour prier.

Dans une salle de conférence bleu ciel de l’hôtel Weston, trois pasteurs kenyans ont rejoint des responsables de ministères haïtiens et américains ainsi que la première dame du Kenya, Rachel Ruto, pour implorer l’aide divine en faveur du pays des Caraïbes assiégé. Ils ont prié pour la force de police multinationale de 2 500 personnes que le Kenya s’est proposé de diriger pour aider les forces de l’ordre haïtiennes. À un moment donné, les participants à la réunion ont raconté à CT Magazine que les membres du groupe pleuraient.

Après deux jours de prière, la première dame s’est rendue à une fête organisée pour la sortie d’un album dans un autre quartier de Weston, dont le président William Ruto est propriétaire, et a annoncé que son bureau avait formé un comité de prière pour Haïti. “Nous ne pouvons pas permettre à notre police de se rendre en Haïti sans prier”, a déclaré Rachel Ruto aux fans du groupe de gospel kenyan 1005 Songs & More.

En octobre dernier, le Kenya a accepté de prendre la tête d’une mission internationale de sécurité autorisée par l’ONU en Haïti, mais le déploiement a connu de nombreux retards, notamment en raison de problèmes juridiques et de questions de financement.

Au début du mois, le même groupe de pasteurs et le personnel de la première dame se sont rendus aux États-Unis pour rencontrer des dirigeants d’églises et d’entreprises, des fonctionnaires américains et haïtiens, ainsi que des représentants des forces de l’ordre et de l’armée. Ils ont également participé à une réunion Zoom avec le chef de la coalition des gangs, Jimmy “Barbeque” Chérizier, selon Serge Musasilwa, un membre de la délégation.

Musasilwa, directeur national d’un ministère du centre du Kenya appelé Segera Mission, a déclaré que le groupe souhaitait entendre des personnes de tous les secteurs de la société haïtienne, afin de mieux comprendre les défis auxquels la police kenyane serait confrontée. Le président Ruto a chargé l’équipe de fournir un contexte permettant d’informer les forces de l’ordre et d’augmenter les chances de succès de la mission de sécurité, a-t-il déclaré. 

Les pasteurs voulaient savoir ce que les groupes de la société civile et les églises pensent des problèmes ; ils ont posé des questions sur les solutions ; ils ont cherché à savoir si les gangs étaient bien entraînés et ce qui les motivait.

Le groupe devrait présenter ses conclusions au président ce mois-ci, en prévision d’un voyage présidentiel aux États-Unis en mai, qui comprendra la première visite d’État d’un président africain à la Maison-Blanche depuis 16 ans. 

Ruto, qui affirme que son pays a l’obligation morale d’aider Haïti, a insisté sur le fait que la mission de sécurité allait de l’avant, malgré les retards de financement que l’administration Biden s’était engagée à prendre en charge (40 millions de dollars sont actuellement bloqués par les Républicains au Congrès américain).

Au Kenya, le bureau de la diplomatie de la foi de la première dame a jusqu’à présent recruté au moins 200 pasteurs pour mener leurs églises à travers 40 jours de prière pour Haïti, en utilisant un guide de prière produit par l’Autel national. Un exemplaire de ce guide de 132 pages, fourni à CT, comprend des prières pour la guérison du traumatisme de l’esclavage, pour la délivrance de “l’esclavage générationnel et des pouvoirs” de la sorcellerie, pour la guérison des terres déboisées, et pour que Dieu “débusque les gangs et les insurgés de leurs cachettes et les remette entre les mains de la police”.

“Il y a quelque chose à propos d’Haïti qui a captivé les hommes et les femmes de Dieu au Kenya”, a déclaré à CT Suubi, le membre de l’Autel national qui dirige également le ministère Highway of Holiness.

Extrait de l’article CT Magazine traduit en français . Lire l’intégralité en anglais

https://www.christianitytoday.com/news/2024/april/kenya-pastors-plan-pray-haiti-security-mission.html