Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

17 juin 2024

Suivez-nous

La crise en Haïti au premier plan des élections en République dominicaine voisine

République dominicaine – Alors que la violence et les troubles politiques s’emparent d’Haïti, la République dominicaine organisera  des élections dimanche qui ont été définies par des appels à plus de répression contre les migrants et à l’achèvement d’un mur frontalier séparant les deux pays.

La politique dans les deux nations des Caraïbes partageant l’île d’Hispaniola est depuis longtemps liée. La spirale du chaos en Haïti ces dernières années a coïncidé avec une répression sévère de son voisin dominicain.

Le président Luis Abinader, clairement favori alors qu’il cherche à se faire réélire dans la course à la présidence, a commencé à construire un mur frontalier de type Trump le long de la frontière haïtienne et a procédé à des déportations massives de 175 000 Haïtiens l’année dernière. Les Dominicains choisiront également les membres du Sénat.

« Nous continuerons à expulser tous ceux qui sont illégaux de n’importe quel pays », a déclaré Abinader lors d’un débat fin avril. « Une société qui ne fait pas cela est le chaos et l’anarchie. »

Abinader, qui s’est également engagé à renforcer l’économie du pays, a déclaré qu’il terminerait la construction du mur frontalier avec Haïti. Ses concurrents les plus proches – l’ancien président Leonel Fernández et le maire de Santiago Abel Martínez – ont fait écho à ses appels à intensifier les actions contre la migration.

La répression a marqué une intensification des politiques de longue date du gouvernement dominicain qui, selon les groupes de défense des droits de l’homme, sont discriminatoires et mettent en danger les personnes vulnérables.

Fernández, du parti Force populaire, a déclaré que les Dominicains avaient « peur de sortir dans la rue » malgré les politiques d’Abinader. Il a également déclaré qu’il poursuivrait la répression tout en respectant les droits de l’homme.

Les électeurs dominicains semblent récompenser Abinader pour la répression, le président sortant étant favori pour obtenir plus de 50 % de soutien nécessaire pour gagner au premier tour de scrutin. Si aucun candidat n’atteint la barre des 50 %, un second tour entre les candidats ayant obtenu le plus de voix aura lieu.

Ana Pagán, 34 ans, superviseure d’une société de communication de Saint-Domingue, la capitale du pays, a déclaré qu’elle approuvait la construction du mur frontalier et les mesures prises par le gouvernement.

Cependant, Pagán a déclaré que le mur ne résout pas tous les problèmes du pays, et elle a fait référence à ce qui a été les autres problèmes électoraux clés pour les Dominicains : la criminalité et la corruption endémique. Pagán a déclaré que de nombreux problèmes de sécurité du pays proviennent de fonctionnaires corrompus qui permettent la contrebande et d’autres crimes.

Alors que les électeurs dominicains veulent que le gouvernement continue de réprimer les migrants, beaucoup des centaines de milliers d’Haïtiens en République dominicaine vivent dans la peur.

Haïti, longtemps frappé par la tragédie, est dans une spirale descendante depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en 2021. Les gangs se sont battus pour le pouvoir, injectant la terreur et l’agitation dans la vie de nombreuses personnes dans ce pays des Caraïbes.

La violence en cours a forcé de nombreuses personnes à fuir leur foyer et à chercher refuge dans des endroits comme la République dominicaine et les États-Unis. Les politiques du gouvernement dominicain ont suscité des inquiétudes parmi les migrants nouvellement arrivés et les Haïtiens qui ont longtemps élu domicile en République dominicaine.

Yani Rimpel, une femme d’affaires haïtienne de 35 ans de la ville orientale de Veron, vit dans le pays depuis 20 ans. Elle a déclaré à l’AP qu’elle n’avait jamais vu une telle incertitude parmi les communautés haïtiennes, ce qu’elle attribue à la politique migratoire d’Abinader.

Il y a deux semaines, elle a déclaré que  des agents de l’immigration avaient fait irruption dans sa maison à l’aube avec des soldats lourdement armés. Elle a dit qu’ils ont fouillé la maison et volé l’argent qu’elle avait économisé pour acheter et vendre des marchandises, la laissant sans aucun moyen de subvenir à ses besoins.

“Si (Abinader) reste au pouvoir, je ne peux pas vivre ici. Je vais devoir retourner chez moi en Haïti. Parce qu’ici je n’ai aucune valeur. Je ne suis pas en sécurité. Je n’ai aucun moyen de vivre ici s’il continue” en tant que président, a-t-elle déclaré.

Par MARTÍN ADAMES ALCÁNTARA et Megan Janetsky de Associated Press (AP)

Avec ABCNews

Lire en Anglais sur ABCNEWS