Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

25 juin 2024

Suivez-nous

USA : Biden autorise à fournir jusqu’à 10 millions de dollars d’armes à Haïti pour la PNH et les FADH

13 avril 2024
AFP

Confronté à des obstacles au déploiement d’une mission de police dirigée par le Kenya pour aider les forces de sécurité d’Haïti à éradiquer les gangs armés, le président Joe Biden a opté pour la même stratégie utilisée pour l’Ukraine pour venir en aide à Haïti.

En effet, selon un article de Miami Herald,  tout comme  le Président Biden a puisé dans les stocks d’armes américains pour contourner les blocages du Congrès sur l’aide à la sécurité à l’Ukraine et fournir rapidement des armes aux troupes qui combattent la Russie, Biden souhaite faire finalement de même pour Haïti.

 « Ce serait un changement bienvenu de permettre à la police et à l’armée d’obtenir ce dont elles ont besoin pour maintenir l’ordre, tout en limitant le flux vers les gangs », a déclaré Keith Mines, directeur des programmes pour l’Amérique latine à l’Institut des États-Unis pour la paix à Washington.

« Mais tout cela doit faire partie d’un ensemble plus large de mesures de sécurité, y compris la formation, l’équipement et le conseil à grande échelle des forces de sécurité, ainsi qu’une stratégie de détournement des membres des gangs vers des activités moins destructrices, tout en ne leur permettant pas de jouer un rôle dans la gouvernance. »

En utilisant l’autorité présidentielle de prélèvement, Biden a autorisé le secrétaire d’État Antony Blinken à fournir jusqu’à 10 millions de dollars d’armes, de munitions, de gilets pare-balles et de casques de « toute agence du gouvernement des États-Unis » et à l’éducation et à la formation militaires du ministère de la Défense pour aider Haïti.

La majeure partie de l’équipement ira à la Police nationale d’Haïti. Cependant, un responsable du département d’État a reconnu qu’une partie de l’aide pourrait également aller aux Forces armées d’Haïti, connues sous le nom de Fad’H, pour la première fois depuis leur dissolution. « Une aide non létale pourrait être offerte à la FAd’H par le biais de ce retrait prévu, si elle est ordonnée à la suite d’une notification du Congrès », a déclaré un responsable à propos de l’armée, qui a aidé la police à repousser les attaques contre l’aéroport.

« Notre politique générale à l’égard des Fad’H n’a pas changé, mais nous reconnaissons leur soutien à la police dans la lutte contre la violence des gangs. »

Un autre responsable du département d’État a déclaré que l’aide prévue « soutiendrait les objectifs américains de lutte contre la criminalité et les stupéfiants et les objectifs de politique étrangère en Haïti et démontrerait notre engagement à fournir une assistance urgente aux forces de sécurité haïtiennes ».

Les États-Unis, qui ont autrefois fait pression pour le démantèlement de l’armée – qui a déjà participé à des coups d’État violents – ne reconnaissent pas les forces armées d’Haïti et restent statutairement interdits de fournir des armes à leurs soldats. Cependant, alors que le département d’État est confronté à des restrictions sur son financement, le département de la Défense n’est pas confronté aux mêmes contraintes.

Le sénateur républicain de Floride Marco Rubio, lors d’une audition jeudi sur la lutte contre les réseaux criminels transnationaux et la corruption dans la région, a déclaré qu’il espérait que davantage pourrait être fait pour aider l’armée haïtienne malgré l’interdiction de lui envoyer des armes et du matériel.

 « Je comprends l’histoire que les forces armées ont jouée dans l’histoire d’Haïti. Mais ils ont été une force tout à fait compétente au cours des dernières semaines », a-t-il déclaré. ” Sans eux, je ne sais pas si la police aurait pu faire face à certains des défis auxquels elle a été confrontée. J’espère que nous reconsidérerons cela [l’interdiction des armes], parce qu’il y a des pays qui, je crois, sont prêts à aller de l’avant et à leur fournir une partie de l’équipement dont ils ont besoin, mais qui sont effrayés par l’interdiction américaine.”

 « JE VEUX ÊTRE SOLIDAIRE » Les inquiétudes concernant l’absence de stratégie claire avec la mission dirigée par le Kenya ont conduit les principaux républicains des commissions des affaires étrangères de la Chambre et du Sénat à bloquer 40 millions de dollars d’aide à la sécurité que l’administration Biden recherche.

L’argent fait partie d’une promesse de 100 millions de dollars que le département d’État a faite pour aider à mettre en place la mission multinationale d’appui à la sécurité dirigée par le Kenya. Par ailleurs, le ministère de la Défense a promis 200 millions de dollars.

Les blocages en cours du GOP et la détérioration de la situation en Haïti ont été soulevés mercredi lors d’une audition de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants avec l’administratrice de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), Samantha Power.

Power, qui a été ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies pendant les années de l’administration Obama et a fait pression pour le retrait de la dernière mission de maintien de la paix de l’ONU en Haïti, a admis que l’ampleur de la violence qui s’est déroulée au cours du mois dernier à Port-au-Prince a été sans précédent.

 L’administration, a-t-elle dit, a besoin que la force dirigée par le Kenya puisse se déployer.

« Cela facilitera la reprise de la formation de la police nationale haïtienne, qui a vraiment fait preuve de courage en essayant de tenir tête aux gangs au cours de ces dernières semaines de détérioration », a déclaré Power aux membres du comité.

Extrait de l’Article de Miami Herald (télécharger l’intégralité en anglais)

Partagez ceci avec vos proches: