Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

24 juin 2024

Suivez-nous

Un ancien diplomate américain plaide coupable d’espionnage pour le compte de Cuba depuis plus de 40 ans

1 mars 2024 ,
Manuel Rocha

Un ancien diplomate américain de carrière qui avait été ambassadeur des États-Unis en Bolivie a plaidé coupable d’avoir travaillé comme agent de Cuba pendant plus de 40 ans.

Victor Manuel Rocha, 73 ans, a été accusé d’avoir secrètement transmis des informations au gouvernement cubain dirigé par les communistes depuis 1981 alors qu’il travaillait pour le département d’État américain.

Jeudi, il a modifié son plaidoyer de non-culpabilité initial devant un tribunal de Miami.

Il doit être condamné lors d’une audience le 12 avril.

Cette décision met fin à l’une des affaires d’espionnage les plus médiatisées entre Cuba et les États-Unis.

  1. L’affaire d’espionnage cubaine qui a choqué le gouvernement étasunien

L’audience de jeudi était censée porter sur la façon de traiter les documents classifiés impliqués dans l’affaire, selon le Miami Herald.

Mais au lieu de cela, M. Rocha, ses avocats et les procureurs ont reconnu qu’un accord de plaidoyer avait été conclu.

Lorsque la juge Beth Bloom lui a demandé s’il souhaitait changer son plaidoyer de culpabilité, il a répondu : « Votre Honneur, je suis d’accord. »

Il est accusé d’avoir enfreint la loi sur l’enregistrement des agents étrangers en agissant en tant qu’agent étranger, de fraude électronique et d’avoir fait de fausses déclarations pour obtenir un passeport américain.

Les preuves recueillies par les enquêteurs comprennent des enregistrements secrets de M. Rocha admettant avoir travaillé pour Cuba pendant des décennies, faisant l’éloge du défunt dirigeant cubain, Fidel Castro, le qualifiant de « commandant » et qualifiant les États-Unis d’« ennemi ».

Lui et son équipe juridique semblent maintenant être parvenus à une conclusion similaire, calculant qu’un plaidoyer de culpabilité était son option la plus sage.

D’après BBC, M. Rocha doit maintenant accepter l’accusation du gouvernement américain selon laquelle il a passé presque toute sa carrière professionnelle à travailler pour la Révolution cubaine dans des avant-postes américains à La Havane et à Buenos Aires, tout en gravissant les échelons dans le service diplomatique américain.

Il n’y a pas encore eu de discussion au tribunal sur la peine de M. Rocha ou sur le fait qu’il ait accepté une négociation de plaidoyer en échange de sa coopération.

James Olson, l’ancien chef du contre-espionnage de la CIA, a déclaré à BBC News le mois dernier que l’affaire illustre comment les services de renseignement cubains ont déjoué le gouvernement américain.

Traduit de l’anglais au français BBC News

Partagez ceci avec vos proches: