Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

24 juin 2024

Suivez-nous

Que doit gagner financièrement la CARICOM : une analyse de Atlantic Council

23 mars 2024
Afp

Pour que les pays des Caraïbes puissent continuer à jouer un rôle de premier plan sur Haïti de manière durable, ils ont besoin de ressources. S’engager dans des discussions diplomatiques fréquentes et affecter du personnel de sécurité sont des efforts coûteux. La région dispose d’une capacité locale limitée au sein de leurs ministères des Affaires étrangères, et les budgets serrés rendent les déplacements fréquents difficiles. Les dirigeants sont également aux prises avec une variété de problèmes urgents, notamment le changement climatique, l’insécurité alimentaire et énergétique et la hausse de l’inflation.

Les récentes turbulences en Haïti prouvent que « chaque fois que l’histoire se répète, le prix augmente ». C’est l’histoire malheureuse du premier État indépendant des Caraïbes, forcé depuis sa naissance en 1804 de payer pour sa survie à un coût élevé, et de le faire encore et encore dans les années qui ont suivi. Avance rapide jusqu’en 2024, lorsque l’instabilité qui a fait la une des journaux ces dernières semaines réveille des souvenirs pas si lointains du passé troublé d’Haïti, lorsque les troupes américaines sont venues aider à rétablir l’ordre en 1994 et 2004.

Un défi est cependant resté constant pour Haïti : il disparaît de l’attention aussi rapidement qu’il fait la une des journaux. Il faut y mettre un terme.

Le manque d’engagement historique à mettre Haïti sur une voie politique et économique différente a fait défaut aux dirigeants locaux et internationaux.

Ce qu’il faut, c’est une approche à long terme, dans laquelle les dirigeants des Caraïbes sont aux commandes avec leurs homologues haïtiens, tandis que les États-Unis et le Canada aident à compenser les coûts étant donné les graves implications de l’inaction selon l’organisation américaine Atlantic Council.

Aujourd’hui, le Quotidien 509, publie l’extrait de cette analyse faite par l’organisation américaine “Atlantic Council”.

Le rôle des États-Unis et du Canada

Les États-Unis et le Canada doivent travailler en tandem avec les Caraïbes pour fournir les ressources nécessaires pour jouer un rôle actif et continu dans l’avenir d’Haïti. Il s’agit notamment d’une aide directe à Haïti pour aider à rétablir l’ordre public et fournir les ressources humanitaires nécessaires dont le pays a désespérément besoin. À cette fin, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a annoncé le 15 mars  vingt-cinq millions de dollars d’aide humanitaire, en plus des trente-trois millions de dollars annoncés par Blinken quatre jours plus tôt, renforçant ainsi le rôle des États-Unis en tant que plus grand donateur humanitaire d’Haïti. Le 22 février, le Canada a annoncé près de quatre-vingt-onze millions de dollars pour soutenir Haïti.

En plus d’un soutien direct, les États-Unis et le Canada devraient également aider à compenser le coût pour les pays des Caraïbes de rester engagés en Haïti, ce qui est essentiel pour l’avenir du pays.

Tout d’abord, se rendre en Haïti ou à d’autres rassemblements internationaux est coûteux, en particulier lorsqu’il n’est pas planifié. La connectivité aérienne entre les îles des Caraïbes est limitée et la plupart des gouvernements n’ont pas accès à des avions privés. Les États-Unis ou le Canada peuvent trouver des moyens de compenser ces coûts, ce qui permet aux dirigeants d’assister plus facilement aux réunions. Les réunions à court préavis, telles que la réunion ministérielle en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères du Groupe des Vingt (G20) à la fin du mois de février ou la réunion de la Jamaïque la semaine dernière, devraient être dirigées par les gouvernements de la CARICOM. Mais le coût de la participation contraindra des budgets déjà serrés.

Deuxièmement, le déploiement de personnel de sécurité est coûteux, en particulier sur une période prolongée. Les États-Unis et le Canada devraient envisager d’alléger le fardeau de ces coûts, ce qui permettrait aux dirigeants de justifier auprès de leurs budgets nationaux et de la population nationale les raisons pour lesquelles ils devraient envoyer ou augmenter le personnel de police et de défense déployé en Haïti. Des pays comme la Jamaïque et les Bahamas ont engagé du personnel, mais les deux pays ont leurs propres défis en matière de sécurité intérieure à prendre en compte, ce qui signifie qu’il est peu probable que l’envoi d’officiers à l’étranger obtienne beaucoup de soutien dans le pays sur une longue période.

Enfin, l’attention portée à Haïti ne peut détourner l’attention des nombreux défis auxquels le reste de la région est confronté. Au cours des dernières années, les États-Unis et  le Canada ont tous deux lancé de nouvelles politiques phares dans les Caraïbes, et des engagements diplomatiques de haut niveau ont commencé à faire bouger les choses sur des questions importantes, notamment le changement climatique et la sécurité énergétique. Si l’on s’attend à ce que les pays des Caraïbes soient des chefs de file, ils ont besoin d’avoir l’assurance que leurs priorités ne seront pas oubliées.

Ce qui est clair, c’est qu’il n’y a pas de solution miracle à la crise en Haïti, et qu’il n’y a pas non plus de solution unique sur une plus longue période qui stabilisera le pays. Les défis d’Haïti sont complexes et profondément enracinés dans son histoire post-coloniale. Tout ensemble de solutions ne viendra qu’après une diplomatie et une action fréquentes et cohérentes pour négocier une voie à suivre pour Haïti. Tout cela nécessite les ressources nécessaires pour maintenir l’attention et l’engagement nécessaires qu’Haïti mérite.

Extrait traduit de l’anglais au Français(accéder à la version anglaise de l’analyse)

Article de Jason Marczak et Wazim Mowla


Partagez ceci avec vos proches: