Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

22 juin 2024

Suivez-nous

Quand les sanctions échouent : La Russie semble s’en sortir bien

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en 2022, les pays occidentaux ont imposé à Moscou les sanctions et les restrictions commerciales les plus étendues de l’histoire. Aujourd’hui, la Russie semble s’en sortir bien.

Son économie ne cesse de croître. La Russie ne peut pas acheter grand-chose à l’Occident, mais a trouvé de nouveaux fournisseurs de drones, d’équipements de surveillance, de puces informatiques et d’autres équipements. Ses ventes de pétrole et de gaz sont toujours fortes, malgré les tentatives pour les arrêter. Les responsables russes disent qu’ils ont beaucoup d’argent pour payer leur guerre.

La force continue de Moscou est un résultat humiliant pour les États-Unis et leurs alliés. Ces pays représentent plus de la moitié de l’économie mondiale, et ils ont essayé d’utiliser leur influence sur le commerce et la finance comme une arme pour affaiblir la Russie. Ils espéraient faire du président Vladimir Poutine un paria et peut-être même arrêter la guerre.  Le New York Times, dans un article de Ana Swanson explique pourquoi ces efforts n’ont pas été à la hauteur et s’ils peuvent être à nouveau efficaces.

Absorber les coups

Les mesures prises contre la Russie vont bien au-delà des sanctions traditionnelles, qui ont historiquement ciblé les banques et les élites. Ces règles limitent la quantité de technologie que la Russie peut importer, et elles ordonnent aux compagnies maritimes et aux assureurs de plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars le baril, bien en dessous du taux du marché.

Les sanctions ont fait des ravages. Ils ont augmenté le coût de nombreux articles pour les civils russes et ont forcé l’armée à acheter des missiles et des semi-conducteurs de meilleure qualité. Pour les entreprises énergétiques russes comme Gazprom et Rosneft, les exportations vers l’Occident ont plongé. Mais l’économie russe s’est montrée étonnamment adaptable, en partie grâce à ses relations avec la Chine.

Il peut sembler surprenant que la Russie ait pu remplacer si rapidement une si grande partie de ses échanges commerciaux avec les États-Unis, le Japon et l’UE. Mais le reste de l’économie mondiale, en particulier celle de la Chine, est suffisamment important pour que le changement n’ait pas pris longtemps. La Chine fabrique déjà une grande partie de ce dont la Russie a besoin et peut acheter une grande partie de ce qu’elle vend. Le commerce entre la Chine et la Russie a atteint un niveau record l’année dernière, les Russes se tournant vers les voitures, l’électronique et les composants d’armes chinois. « La Chine a, dans une large mesure, atténué la douleur », a déclaré Eswar Prasad, économiste du commerce à l’Université Cornell.

Un autre changement a été la montée en puissance d’un réseau de compagnies maritimes, d’assureurs et de négociants en pétrole qui ne répond pas aux règles occidentales. Ce réseau, basé dans des pays comme la Chine, l’Inde et les Émirats arabes unis, s’est étendu depuis le début de la guerre pour fournir de nouveaux canaux au pétrole russe. Grâce à cette flotte fantôme, la Russie peut contourner le plafonnement occidental des prix de son pétrole en utilisant des compagnies maritimes qui ne s’y conforment pas. Et les Russes continuent d’obtenir des téléviseurs, des puces et des téléphones portables par l’intermédiaire de commerçants d’Asie centrale et du Moyen-Orient qui les achètent à l’Occident et les revendent à un prix majoré.

L’Occident a choisi de ne pas mettre en place de mesures sévères, telles qu’un embargo total sur le pétrole, de peur qu’elles ne perturbent l’économie mondiale. Contrairement à certains pays que les États-Unis ont déjà pénalisés – pensez à Cuba, à l’Iran et au Venezuela – la Russie est mieux intégrée dans le commerce mondial. Elle exporte des produits de base dont d’autres pays ont besoin, comme l’acier et les engrais. Et elle fournit encore une grande partie de l’énergie de l’Europe. La douleur dirigée contre la Russie se ferait sentir bien au-delà de ses frontières.

Les limites de la puissance occidentale

Enfin, les sanctions les plus récentes – celles qui tentent de restreindre l’accès de la Russie à la technologie et à ses ventes de pétrole – n’ont pas été aussi efficaces. Les États-Unis exercent beaucoup moins d’influence sur ces secteurs que sur le secteur bancaire, qui est lié au dollar. Les nouvelles mesures, imposées en 2022, ont rendu plus difficile et plus coûteux pour la Russie de faire des affaires à l’étranger, mais ils n’ont pas suffisamment nui à son économie pour que la plupart des Russes remettent en question la guerre. « L’humeur en Russie est que le monde entier est contre nous, mais nous nous en sortons plutôt bien », a déclaré Maria Snegovaya, chercheuse principale au Centre d’études stratégiques et internationales.

Les responsables américains reconnaissent tout cela. Pourtant, ils disent qu’ils ont imposé des coûts que d’autres pays devront peser avant de violer le droit international. Les responsables appellent cela une victoire, même si les mesures n’ont pas plongé la Russie dans une récession ou mis fin à la guerre.

Poutine voit les choses différemment. « Les instruments et les politiques des États-Unis sont inefficaces », s’est vanté Poutine lors de son interview avec Tucker Carlson, selon un traducteur du gouvernement russe.

Il n’est sûrement pas le seul dirigeant à remarquer l’échec des États-Unis à paralyser la Russie. Lorsque la Chine voudra menacer Taïwan ou que l’Inde voudra assassiner des ennemis présumés sur un sol étranger, ils sauront que Washington n’a pas pu transformer la Russie en paria lorsqu’elle a enfreint les règles. De cette façon, les sanctions contre la Russie ont exposé les limites de la puissance américaine.

Article du New York Times traduit de l’anglais au français

https://www.nytimes.com/2024/02/16/briefing/russian-sanctions.html

Partagez ceci avec vos proches: