Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

13 juin 2024

Suivez-nous

Prothèses mammaires PIP : 10 millions d’euros de dommages-intérêts pour plus de 600 femmes victimes

ByLe Quotidien 509

12 janvier 2024
French Doctor Denis Boucq shows a breast implant produced by PIP (Poly Implant Prothese) company after a surgical operation on December 21, 2011 in Nice, southeastern France. Up to 30,000 French women and perhaps tens of thousands more around the world may need to have defective breast implants removed after several suspicious cancer cases, officials said on December 20, 2011. AFP PHOTO SEBASTIEN NOGIER (Photo by SEBASTIEN NOGIER / AFP)

Après une quinzaine d’années de procédure, des centaines de femmes victimes des prothèses mammaires défectueuses vont pouvoir être indemnisées.

Toutes les plaignantes n’ont pas obtenu gain de cause. Sur les 1319 femmes victimes de prothèses mammaires PIP qui réclamaient des dommages-interêts, 605 ont obtenu un total de plus de 10 millions d’euros que devra verser le certificateur allemand des prothèses défectueuses.

Après que la Cour de Cassation a reconnu en mai 2023 la responsabilité de l’entreprise TÜV, celle-ci a été condamnée jeudi 11 janvier par la chambre civile du tribunal judiciaire de Nanterre. La juridiction a notamment retenu que « l’incohérence, dès 2002, entre la quantité de gel commandé (…) et le nombre de prothèses fabriquées avait constitué une anomalie évidente dans le procédé de fabrication », ce que TÜV aurait dû noter.

Les prothèses PIP remplies avec un gel silicone non-conforme

On estime à près d’un million de prothèses mammaires défectueuses ont été écoulées entre 2001 et 2010 par PIP, au mépris de toute norme sanitaire, et le nombre de femmes victimes dans le monde est évalué à 400 000 ; en France il est estimé à environ 30 000.

Le scandale PIP avait éclaté à la suite d’un contrôle de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé en mars 2010. Les implants de cette société installée dans le Var présentaient un taux anormal de rupture et ils étaient remplis, par souci d’économie, avec un gel non conforme, artisanal et bon marché, à la place du gel en silicone requis.

Avec Le HuffPost et AFP