Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

14 juin 2024

Suivez-nous

On ne va pas au restaurant parce qu’on a faim

ByLe Quotidien 509

28 avril 2024
@passeportsante

Après les cadeaux, parler de restaurant me parait tout à fait désigné. S’il est vrai que les cadeaux immatériels sont à encourager, inviter ses enfants au restaurant, ou son conjoint, son copain, sa petite amie, ses parents… tout cela me semble également indiqué. Il n’y a pas de meilleur cadeau que de passer du temps de qualité avec quelqu’un que l’on aime, autour d’une table bien servie, pour déguster et faire la fête du même coup.

Avant de continuer, je voudrais appeler chacun de mes amis lecteurs à se positionner sur ces questions ; je parie que les réponses seront assez partagées. Combien de fois ai-je invité mes enfants au restaurant ? Est-ce que je permets à mes invités de commander selon leurs propres gouts et humeurs ? Quelle ambiance je crée à table, spécialement quand mes enfants y sont ? Comment je me sentirais si mes parents m’invitaient au restaurant ? Entre un cadeau matériel de grand prix, et une invitation à diner à un restaurant chic et agréable, lequel de ces gestes forgera un meilleur souvenir ? Je crois que ma position est claire, je vote pour les marques d’attention qui dépassent le matériel, je voudrais néanmoins vous inviter à cette petite activité introspective, tout juste pour mieux apprécier là où chaque individu se situe.

Cela dit, revenons à l’essence de la restauration. On ne va pas au restaurant parce qu’on a faim, on y va pour découvrir de nouvelles cuisines et profiter d’une expérience. C’est marrant de voir certaines personnes pressées de rentrer dans un restaurant, encore plus pressées de sortir, comme s’il fallait payer en plus pour s’asseoir selon les convenances et prolonger le moment, faire durer le plaisir. Pour une expérience complète, il faut prévoir à peu près 2 heures au restaurant. Celui qui invite doit se préparer en conséquence et permettre à ses invités d’explorer le menu et choisir en toute liberté. A cet effet, je recommande que l’on consulte les menus en ligne avant de lancer les invitations, question d’éviter les surprises.

Il n’y a rien de plus embarrassant que d’arriver au restaurant et de ne pas pouvoir couvrir les frais. Tout est dans la préparation, il faut se renseigner sur la cuisine, le service et les couts au préalable. Celui qui invite doit s’évertuer à créer une atmosphère propice aux échanges et à la bonne camaraderie de rigueur à table. Fusse même que ce soient les parents qui invitent à diner, ils se doivent de respecter tout le protocole de la table, et du coup, permettre aux enfants d’apprendre de leurs expériences. Je ne le dirai jamais assez, si nous voulons créer des adultes raffinés et élégants, les parents doivent façonner des enfants raffinés et élégants. Aussi simple que cela ! On ne donne que ce que l’on a, pure vérité de La Palice.

Si l’enfant n’a jamais été exposé aux convivialités et usages qui se rapportent au restaurant, comment pourra-t-il mettre tout cela en pratique lorsqu’il deviendra adulte ?

A sortir prochainement : Au restaurant 2

Si vous aimez la rubrique, partagez-là. Le cas échéant, partagez-la quand même. Il se peut que quelqu’un y trouve matière à réflexion.

Au plaisir de servir…

Patrick G. Volcy