Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

24 juin 2024

Suivez-nous

Nomination du CP : Que se passe t’il aux Presses Nationales d’Haïti

15 avril 2024

Depuis le vendredi 12 avril, la page du sommaire d’un “Moniteur” spécial #14-A circule sur les réseaux sociaux et même bien avant le numéro spécial 14 du décret créant le Conseil présidentiel de transition. Cet après-midi l’intégralité du numéro 14-A avec le nom des membres du CP était en circulation. 

Le gouvernement a informé n’avoir publié aucun arrêté relatif à la nomination des membres mais qu’il travaille à effectuer ces nominations dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions possibles, lit’on dans une note du Ministère de la culture et de la communication sur X.

La Radio télé galaxie a informé que “Sur réquisition de Me Iswick Théophin, le juge de paix Sandy Alexis s’est rendu ce midi aux locaux des Presses nationales à Pétion-Ville pour établir l’authenticité du numéro 14-A du Moniteur en circulation sur les réseaux sociaux. Le Directeur général des Presses nationales, Ronald Saint-Jean, a refusé de collaborer avec le juge de paix Sandy Alexis, accompagné du greffier Makenson Samedi. Depuis 13h15, Ronald Saint-Jean a ordonné de fermer les portes de l’institution.”

Les Presses nationales étant un organisme de l’Etat haïtien sous tutelle du Ministère de la communication, le juge de paix ne peut s’y transporter de son propre chef a fait remarquer des juristes.

La présence du Commissaire du gouvernement n’a pas été signalée dans cette démarche ni remarquée sur les lieux. 

Dans la même journée l’Union Européenne a invité le gouvernement à publier les noms des représentants des entités. Mais le décret du 10 Avril exige la vérification de leur qualité et capacité en regard de la constitution de 1987. 

Aujourd’hui que doit-on penser de cette publication? S’agit-il d’une fuite hautement planifiée? S’agit-il d’un faux réalisé à l’intérieur des presses nationales? Est ce que cette publication contestée par le gouvernement en place à force publique ? 

De toute façon cette situation met le gouvernement de Ariel Henry dans une mauvaise posture. La communauté internationale n’a pas non plus réagi à cet arrêté nommant les membres du Conseil présidentiel de transition (CPT).

La rédaction

Partagez ceci avec vos proches: