Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

22 juin 2024

Suivez-nous

Les Etats-Unis exigent la démission de Ariel Henry en plein vol vers Haïti

ByLe Quotidien 509

6 mars 2024

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry tentait mardi de rentrer chez lui dans un pays en crise, de retour d’une mission diplomatique cruciale à l’étranger, lorsqu’il a reçu en plein vol un message du Département d’État américain, selon un article de Miami Herald.

L’administration Biden proposait depuis des mois que M. Henry, au pouvoir depuis l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse il y a près de trois ans, dirige une transition politique vers des élections démocratiques. Les gangs ayant pris le contrôle de Port-au-Prince, le temps était compté. Alors que M. Henry était en plein vol, l’administration lui a demandé d’accepter un nouveau gouvernement de transition et de démissionner.

Ce fut le point d’orgue dramatique d’une journée de réunions urgentes à Washington, où les fonctionnaires de l’administration, qui avaient discrètement évoqué la perspective de l’effondrement d’Haïti comme leur scénario cauchemardesque, étaient désormais contraints de faire face à leurs pires craintes. Il s’agissait d’une volte-face à laquelle peu de gens en Haïti s’attendaient de la part d’une Maison Blanche qui avait longtemps repoussé les appels à la démission de M. Henry, pour maintenant faire pression en faveur de son départ précipité dans un moment de péril.

Secrètement, M. Henry s’était rendu aux États-Unis au cours du week-end, négociant un retour furtif avec des diplomates de la République dominicaine voisine. Les autorités dominicaines avaient initialement envisagé que M. Henry, âgé de 74 ans, se rende à Saint-Domingue avant de traverser la frontière en hélicoptère, un plan qui avait été communiqué aux autorités américaines et à celles des Nations unies, et qui prévoyait peut-être l’utilisation d’un engin à voilure tournante doté d’une vision nocturne pour la mission.

Tout le monde savait que l’avion charter de M. Henry, un Gulfstream de 13 places, ne pouvait pas atterrir directement à Port-au-Prince, où les gangs avaient encerclé l’aéroport principal, dans le cadre d’un assaut de grande envergure et sans précédent contre les principales institutions du pays.

Mais après le départ de M. Henry et de sa délégation de Newark (New Jersey), mardi, Saint-Domingue a fait volte-face de manière inattendue, refusant d’autoriser l’atterrissage de l’avion. M. Henry a dû choisir entre un détour par Porto Rico ou par l’un des pays voisins des Caraïbes dont les dirigeants ont fait pression pour qu’il démissionne.

Il a choisi le territoire américain. L’avion de M. Henry a atterri à San Juan, où il a été immédiatement accueilli par des agents des services secrets américains, ce qui a semé la confusion à la Maison Blanche.

Pendant que M. Henry attendait l’autorisation de décoller, les dirigeants de la Communauté des Caraïbes se sont entretenus avec les dirigeants de l’opposition en Haïti par l’intermédiaire de Zoom. Le Premier ministre de la Barbade, Mia Motley, leur a demandé leur position sur la manière de gérer la crise actuelle. Lors d’un autre appel à 18 heures mardi avec des membres du secteur privé, la démission de M. Henry a été évoquée, selon deux personnes au courant des discussions, ce qui a suscité des réactions mitigées.

Le Miami Herald et le McClatchy se sont entretenus avec des sources du gouvernement américain, d’Haïti et de la région ayant une connaissance directe des événements de mardi afin de reconstituer le déroulement des pressions exercées sur M. Henry. Le bureau du ministère dominicain des Affaires étrangères n’a pas répondu à une demande de commentaire du Herald.

UN ÉTAT NARCOTIQUE

Les diplomates étrangers s’accordent à dire que M. Henry, qui reste à Porto Rico, doit retourner en Haïti avec un plan. Le désaccord porte sur la question de savoir si ce plan, tel qu’il est proposé par Washington et les 15 membres de la Communauté régionale des Caraïbes, connue sous le nom de CARICOM, devrait inclure sa démission.

Les opposants à cette idée craignent que le vide laissé par son départ n’ouvre la porte à des chefs de gangs et à des politiciens peu recommandables qui chercheraient à s’installer dans la vacance du pouvoir. D’autres estiment que, compte tenu de la perte de confiance de la population dans la capacité de Henry à gouverner, il n’y a pas d’autre choix.

“La situation est très complexe. L’insécurité n’est pas née avec Ariel Henry. C’est quelque chose qui se construit depuis des années maintenant”, a déclaré Joel “Pacha” Vorbe, un représentant du parti politique Fanmi Lavalas, qui a participé à l’un des appels Zoom.

“Haïti est aujourd’hui un narco-État et le narco-État ne disparaît pas comme ça”, a déclaré M. Vorbe. “Nous ne pouvons pas rejeter la faute sur Henry, mais Henry n’a pas été en mesure de s’attaquer au problème correctement, ce qui fait que les choses s’aggravent de jour en jour. C’est une situation très, très difficile. Il faudra du temps pour s’en sortir, mais nous avons aussi besoin d’une force de police plus professionnelle, qui puisse vraiment s’attaquer à ce problème. Ce n’est pas quelque chose qui se fera du jour au lendemain.

En l’absence de M. Henry, le ministre des finances, Michel Patrick Boisvert, a assuré l’intérim du premier ministre et a décrété dimanche l’état d’urgence et le couvre-feu pour 72 heures dans la capitale et les villes avoisinantes.

Neurochirurgien ayant occupé des postes dans les gouvernements précédents, M. Henry a été invité par M. Moïse à devenir son septième premier ministre environ deux mois avant l’assassinat choquant du président en juillet 2021. Moïse, qui était confronté à sa propre crise politique après avoir échoué à organiser des élections pendant ses quatre années au pouvoir, est décédé avant d’avoir pu installer Henry dans ses fonctions.

Le moment choisi a plongé M. Henry dans une lutte de pouvoir à trois, et a ensuite soulevé des questions sur sa légitimité lorsqu’il en est sorti victorieux. Bien qu’il ait soutenu les réformes américaines telles que la suppression des subventions aux carburants et l’augmentation des réserves financières du pays en s’attaquant à la contrebande dans les ports maritimes, M. Henry a également été critiqué pour sa lenteur à agir et son incapacité à faire face à la crise multidimensionnelle d’Haïti.

VISITE AU KENYA

La semaine dernière, M. Henry était au Kenya pour finaliser les plans de déploiement d’une force multinationale destinée à aider la police nationale d’Haïti dans sa lutte de longue haleine contre des gangs bien armés, lorsque la dernière escalade de la violence a éclaté. La mission multinationale de sécurité, connue sous le nom de MSS, est en préparation depuis des mois. Avec Henry au Kenya, les gangs les plus puissants d’Haïti se sont unis pour attaquer le gouvernement à la fin de la semaine dernière. Poussant ouvertement au renversement d’Henry, les gangs s’opposent à l’entrée de la force en Haïti.

“Si Ariel Henry ne démissionne pas, si la communauté internationale continue à le soutenir, nous irons tout droit vers une guerre civile qui conduira au génocide”, a déclaré mardi Jimmy “Barbecue” Chérizier, 46 ans, ancien policier devenu chef de gang, qui fait l’objet de sanctions de la part des États-Unis et des Nations unies pour violation des droits de l’homme, lors d’une conférence de presse.

Depuis le début des attaques violentes coordonnées, les gangs ont réussi à libérer des milliers de détenus des deux plus grandes prisons d’Haïti, à bloquer les principaux axes routiers et le port maritime, et à dépasser les postes de police, tuant plusieurs officiers. Ils ont attaqué les deux principaux aéroports de la capitale haïtienne à l’aide d’armes lourdes et ont ouvertement menacé de s’emparer du palais présidentiel. Les troubles civils ont conduit à l’annulation des vols internationaux vers Haïti, et le pays a été déclaré zone interdite pour les pilotes de charters.

Un responsable du Conseil national de sécurité a déclaré à McClatchy et au Herald mardi soir que l’administration “ne fournissait aucune assistance pour aider le premier ministre à retourner en Haïti”.

“Notre soutien vise à aider la police nationale d’Haïti à rétablir la sécurité, à accélérer le déploiement de la mission MSS et à accélérer la transition pacifique du pouvoir par le biais d’élections libres et équitables”, a déclaré le fonctionnaire. “Notre dialogue avec le premier ministre Henry s’est concentré sur ces efforts et sur le besoin de sécurité et d’une transition politique pacifique.

La proposition des États-Unis à M. Henry, qui devrait être évoquée lors d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU mercredi à 15 heures, a surpris les observateurs internationaux. Ses détracteurs la qualifient de “délirante”. Ils mettent en garde contre le fait que, même s’il permet d’installer quelqu’un d’autre dans le palais présidentiel d’Haïti, ce plan ne résoudra pas la crise sécuritaire aiguë qui risque de plonger le pays ravagé par les gangs plus profondément dans l’anarchie, alors que les gangs et d’autres luttent pour le contrôle du gouvernement.

M. Henry était au Kenya pour signer un accord bilatéral de partage de la sécurité permettant le déploiement de 1 000 policiers dans le cadre de la mission MSS soutenue par l’ONU. Bien que l’aide extérieure soit accueillie favorablement par de nombreux Haïtiens, l’opposition persiste parmi ceux-là mêmes qui voudraient remplacer Henry et prendre les rênes du pays. S’ils prenaient le pouvoir, ils annuleraient l’accord invitant à l’assistance du Kenya.

La proposition des États-Unis prévoit la démission de M. Henry et l’annonce d’un gouvernement de transition. Mais les dirigeants des Caraïbes sont allés plus loin, demandant à M. Henry de se rendre en Jamaïque, à ses propres frais, pour annoncer son éventuelle démission. Ils souhaitent également qu’il enregistre un message vidéo annonçant la formation du gouvernement de transition, y compris un groupe présidentiel doté de pouvoirs étendus qui nommerait un nouveau premier ministre intérimaire. La semaine dernière, lors d’une réunion en Guyane, les dirigeants de la CARICOM ont rejeté les efforts de M. Henry pour présenter un accord de partage du pouvoir sur lequel il avait travaillé.

Les personnes au fait des conversations en coulisses affirment que M. Henry est déterminé à retourner en Haïti. Mais ils reconnaissent également que sa sécurité reste menacée.

La proposition de départ de M. Henry n’est qu’un des piliers du plan américain qui se dessine pour répondre à la crise. L’administration fait également pression pour accélérer le déploiement de la force kenyane – une mission proposée pour la première fois par Washington il y a plus de 16 mois et qui semblait enfin en bonne voie ces dernières semaines, avant que la recrudescence de la violence ne commence.

“Pour l’instant, l’accent doit être mis sur le déploiement de cet élément multinational de sécurité”, a déclaré John Kirby, conseiller en communication de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, à la presse mardi.

Au cours du week-end, le département d’État a émis une alerte voyage à l’intention des citoyens américains, les invitant à quitter Haïti immédiatement. Mais comme le principal aéroport international a été attaqué et que des gangs contrôlent l’accès à la capitale, on ne sait pas exactement quelles sont les possibilités de départ pour les Américains.

Les personnes au courant des conversations en coulisses affirment que M. Henry est déterminé à retourner en Haïti. Mais ils reconnaissent également que sa sécurité reste menacée.

La proposition de départ de M. Henry n’est qu’un des piliers du plan américain qui se dessine pour répondre à la crise. L’administration fait également pression pour accélérer le déploiement de la force kenyane – une mission proposée pour la première fois par Washington il y a plus de 16 mois et qui semblait enfin en bonne voie ces dernières semaines, avant que la recrudescence de la violence ne commence.

“Pour l’instant, l’accent doit être mis sur le déploiement de cet élément de sécurité multinational”, a déclaré John Kirby, conseiller en communication de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, à la presse mardi.

Le département d’État a émis une alerte voyage à l’intention des citoyens américains au cours du week-end, les invitant à quitter Haïti immédiatement. Mais comme le principal aéroport international a été attaqué et que des gangs contrôlent l’accès à la capitale, on ne sait pas exactement quelles sont les possibilités de départ pour les Américains.

Interrogé par McClatchy, M. Kirby a renvoyé les Américains vers le département d’État, en précisant qu’il y avait d’autres moyens de quitter le pays : “Il y a d’autres moyens de partir.

Extrait de l’article de Miami Herald traduit de l’anglais au français (lire le texte originel)

écrit par JACQUELINE CHARLES et MICHAEL WILNER

Partagez ceci avec vos proches: