Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

17 juin 2024

Suivez-nous

Le président brésilien Lula exhorte le monde à agir “rapidement” en faveur d’Haïti, ravagé par la crise, lors du sommet des Caraïbes

ByLe Quotidien 509

28 février 2024

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a exhorté mercredi le monde à “agir rapidement” en faveur d’Haïti, lors d’un sommet des Caraïbes au cours duquel des accords politiques ont été annoncés sur la voie à suivre pour ce pays déchiré par la crise.

Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, est en proie à des troubles depuis des années lit-on dans l’article de France24. Des bandes armées se sont emparées de certaines parties du pays et ont déchaîné une violence brutale qui a laissé son économie et son système de santé publique en lambeaux.

Ces dernières semaines, le pays a également été plongé dans une agitation généralisée, des milliers de personnes étant descendues dans la rue pour demander au premier ministre Ariel Henry de démissionner conformément à l’accord politique conclu en décembre 2022.

“En Haïti, nous devons agir rapidement pour alléger les souffrances d’une population déchirée par la tragédie”, a déclaré M. Lula dans un discours prononcé lors d’un sommet de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) à Georgetown, en Guyane.

Mardi, les Nations unies ont lancé un appel de 674 millions de dollars pour des projets humanitaires en Haïti, où 45 % de la population souffre aujourd’hui d’insécurité alimentaire.

Au cours du seul mois de janvier, plus de 1 100 personnes ont été tuées, blessées ou enlevées, selon les Nations unies.

Mercredi, le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, a déclaré aux journalistes que “nous avons fait beaucoup de progrès” dans les discussions au sommet du CARICOM et que M. Henry s’était “engagé à servir d’intermédiaire honnête et à partager le pouvoir”.

En vertu d’un accord conclu en décembre 2022, plus d’un an après l’assassinat du président Jovenel Moise, Haïti était censé organiser des élections et M. Henry devait céder le pouvoir aux nouveaux élus avant le 7 février 2024.

Un accord de partage du pouvoir pourrait entrer en vigueur “dans un court laps de temps”, a déclaré M. Browne.

Ce n’est toutefois pas la première fois que M. Henry fait une promesse similaire. La dernière fois, c’était le 1er janvier, dans un discours prononcé à l’occasion du 220e anniversaire de l’indépendance d’Haïti.

Interrogé sur la date des élections, M. Browne a déclaré qu’elle pourrait être fixée “peut-être dans les 12 prochains mois”.

Obligation morale

Haïti, un pays d’environ 12 millions d’habitants, ne s’est pas rendu aux urnes depuis 2016.

Lors du sommet des Caraïbes, qui se termine mercredi, il a été annoncé cette semaine que le Bénin envisageait une contribution de 2 000 hommes à une mission de sécurité des Nations unies en Haïti.

Le Kenya a accepté de diriger la mission, mais celle-ci est bloquée depuis des mois en raison de problèmes logistiques, d’une contestation juridique à Nairobi et d’un manque de financement.

M. Browne a déclaré mercredi que la CARICOM attendait une contribution plus importante de la part des puissances occidentales, en particulier de l’ancienne puissance coloniale qu’est la France.

“Il y a au moins une obligation morale de jouer un rôle moteur dans la résolution de ce problème et de ne pas laisser, disons, un groupe de pays en développement supporter tous les sacrifices liés aux pertes de vies humaines”, a-t-il déclaré.

“Je pense que la France, plus que tout autre pays, a l’obligation d’aider à restaurer la paix et la stabilité en Haïti”, a ajouté M. Browne.

Avec AP et France 24