Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

17 juin 2024

Suivez-nous

Le chemin semé d’embûches d’Haïti vers le développement : Analyse du Conseil des relations étrangères des Etats-Unis

ByLe Quotidien 509

7 mai 2024

Haïti, et le chemin semé d’embûches vers le développement

Introduction

Peu de pays ont eu autant de difficultés à se développer qu’Haïti. Depuis qu’il s’est libéré de la domination coloniale française il y a plus de deux siècles, l’État des Caraïbes a résisté à de multiples interventions étrangères, à une instabilité politique chronique, à des troubles sociaux et à des catastrophes naturelles dévastatrices. La confluence de ces forces a transformé ce qui était autrefois la colonie la plus riche des Amériques en le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

Les États-Unis ont eu une histoire longue et troublante avec Haïti, y compris une occupation de près de vingt ans, parfois sanglante, au début du XXe siècle. Malgré des relations souvent houleuses, les deux pays entretiennent des liens économiques et sociaux étroits, bien que les relations bilatérales aient été mises à rude épreuve ces dernières années. Au cours de son mandat, le président Donald Trump a cherché à restreindre l’immigration en provenance d’Haïti, renvoyant des milliers d’Haïtiens sur des vols d’expulsion. Bien que le président Joe Biden ait promis une nouvelle approche à l’égard du pays, il a continué d’expulser en masse les demandeurs d’asile haïtiens alors même que la situation sur l’île devient de plus en plus dangereuse, défiant la politique américaine sur plusieurs fronts.

Pourquoi Haïti a-t-il eu tant de mal à se développer ?

Depuis son indépendance de la France, le développement d’Haïti a été menacé par des forces qui couvrent toute la gamme, y compris l’ingérence de puissances étrangères, les malversations politiques intérieures, les catastrophes naturelles, l’instabilité sociale et les épidémies.

L’intervention étrangère et l’endettement. La libération de la France en 1804 ne signifiait pas la fin de l’intervention des puissances étrangères en Haïti. La France n’a reconnu l’indépendance d’Haïti qu’en 1825 après que son ancienne colonie ait accepté de payer des réparations estimées à 21 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui. Au cours des 122 années suivantes, jusqu’à 80 % des revenus d’Haïti ont servi à rembourser cette dette.

Les États-Unis n’ont reconnu Haïti qu’en 1862, lorsque le président Abraham Lincoln s’est fait le champion de l’émancipation dans son pays et à l’étranger. Les administrations américaines subséquentes ont considéré Haïti à travers un prisme essentiellement stratégique. Craignant l’influence allemande dans les Caraïbes au début de la Première Guerre mondiale, le président Woodrow Wilson a ordonné aux Marines de se rendre en Haïti en 1915, prétendument pour rétablir la stabilité politique. Au cours des cinq années précédentes, sept présidents haïtiens ont été évincés ou assassinés. Pendant près de deux décennies d’occupation, les États-Unis contrôlaient la sécurité et les finances d’Haïti ; il a également imposé la ségrégation raciale, le travail forcé et la censure de la presse, et a destitué les présidents et les législatures qui s’opposaient à la présence américaine. Quelque quinze mille Haïtiens ont été tués dans des rébellions contre l’administration américaine, dont les plus sanglantes ont eu lieu en 1919 et 1929. Le président Franklin D. Roosevelt a retiré les troupes américaines en 1934 dans le cadre de sa politique de bon voisinage.

L’instabilité politique. Le retrait des États-Unis a été suivi d’une série de gouvernements instables, qui ont culminé en 1957 avec l’établissement d’une dictature dirigée par François Duvalier et son fils, Jean-Claude. Leurs vingt-neuf années de règne ont été caractérisées par la corruption qui a vidé les coffres de la nation et par des violations des droits de l’homme qui ont fait environ 30 000 morts ou disparus. En 1986, des manifestations massives et la pression internationale ont forcé le jeune Duvalier à fuir le pays, cédant la place à une nouvelle constitution et à des institutions démocratiques.

Cependant, l’instabilité politique persistait. Jean-Bertrand Aristide, premier président démocratiquement élu du pays, a été renversé à deux reprises par des coups d’État, en 1991 et 2004. Les deux ont provoqué des interventions militaires américaines soutenues par les Nations Unies. En 2004, les Nations Unies ont lancé une mission de maintien de la paix de treize ans, la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) dirigée par le Brésil, qui visait à rétablir l’ordre après la chute du gouvernement Aristide.

En 2011, l’élection de Michel Martelly à la présidence a été assombrie par des allégations d’ingérence américaine en sa faveur. Il a ensuite démissionné après avoir reporté deux fois les élections présidentielles et gouverné par décret pendant plus d’un an. Haïti a été plongé dans un vide politique en 2016, lorsque des allégations de fraude contre le successeur de Martelly, Jovenel Moïse, ont reporté l’élection officielle de Moïse au début de 2017.

La présidence de Jovenel Moïse a été marquée par des manifestations de masse et des appels à sa démission en réponse à l’augmentation des prix du carburant et à la suppression des subventions gouvernementales, aux accusations de corruption, à l’aggravation de la crise économique et au différend sur la légitimité de son administration. Les troubles sociaux généralisés ont culminé avec l’assassinat de Moïse en juillet 2021.

Les autorités américaines ont d’abord arrêté plusieurs mercenaires, dont beaucoup avaient reçu une formation militaire américaine, soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre. Onze personnes font maintenant face à des accusations devant un tribunal américain en lien avec le meurtre, alors même que l’enquête d’Haïti progresse lentement ; En février 2024, un juge haïtien a inculpé la veuve de Jovenel Moïse de complicité dans son assassinat. Ariel Henry, nommé Premier ministre quelques jours seulement avant le meurtre, a pris la relève en tant que président par intérim et a depuis fait l’objet de soupçons après que le procureur général d’Haïti a confirmé qu’Henry était en communication avec un suspect clé. En janvier 2022, Henry  a lui-même survécu à une tentative d’assassinat.

Après l’avoir reportée à plusieurs reprises, le gouvernement s’est engagé à organiser des élections générales d’ici août 2025. Face à l’aggravation de la violence des gangs sur l’île, Haïti et le Kenya ont conclu un accord en mars 2024 autorisant le déploiement d’un millier de policiers kenyans en Haïti dans le cadre d’une mission multinationale de stabilisation soutenue par l’ONU.

Quelle est l’approche de Biden ?

Avant d’entrer en fonction, le président Biden a promis une nouvelle ère d’engagement des États-Unis envers l’Amérique latine et les Caraïbes. Cependant, sa réponse aux crises en cours en Haïti a suscité la colère des habitants qui affirment que les États-Unis n’ont pas fait grand-chose pour aider et a suscité des appels à une action plus forte.

En janvier 2021, l’administration a annoncé qu’elle envoyait 75,5 millions de dollars d’aide au développement et d’aide sanitaire à Haïti. À la suite du tremblement de terre du mois d’août, l’administration a approuvé 32 millions de dollars supplémentaires de fonds de secours en cas de catastrophe et a autorisé l’envoi d’équipes de secours de l’USAID sur l’île. En réponse à la détérioration de la situation politique et sécuritaire du pays, l’administration Biden a relancé le TPS pour environ 155 000 Haïtiens, annonçant une nouvelle désignation de dix-huit mois[PDF] en mai 2021. (Haïti a de nouveau été redésigné pour le TPS à partir de février 2023.) 

L’administration a également contribué à hauteur de 50 millions de dollars supplémentaires au fonds de relance d’Haïti aux côtés d’autres membres de l’ONU lors d’une conférence internationale sur l’aide organisée par les Nations Unies en février 2022. Les États-Unis ont par la suite désigné Haïti comme un pays prioritaire en vertu de la Loi sur la fragilité mondiale de 2022, qui vise à fournir des fonds pour prévenir et réduire les conflits violents et promouvoir la stabilité dans cinq pays et régions à risque. En mars 2023, dans le cadre du processus de mise en œuvre de la loi, la Maison-Blanche a annoncé un plan stratégique décennal visant à favoriser la stabilité en Haïti.

Bien qu’il ait levé le titre 42, Biden a maintenu certains aspects de la politique frontalière de Trump. Craignant une vague migratoire après l’expiration du titre 42 en mai 2023, l’administration Biden a dévoilé une nouvelle politique restrictive qui permet au gouvernement de refuser l’asile aux migrants qui n’en ont pas fait la demande dans un pays tiers et à ceux qui traversent illégalement la frontière. Parmi les personnes touchées par cette politique figurent des milliers de demandeurs d’asile haïtiens ; Depuis l’entrée en fonction de Biden, plus de 27 000 demandeurs d’asile ont été expulsés vers Haïti. Dans le même temps, pour encourager la migration légale, l’administration a créé de nouveaux programmes de libération conditionnelle humanitaire pour les ressortissants de quatre pays d’Amérique latine, dont Haïti.

Certains analystes politiques ont fait valoir que la réponse de l’administration Biden à la suite de l’assassinat du président Moïse a été terne. Plusieurs membres du Congrès ont exhorté Biden à retirer son soutien au Premier ministre Henry, arguant qu’il n’a pas l’influence politique nécessaire pour organiser des élections pour déterminer le prochain président d’Haïti. D’autres membres du Congrès ont fait pression sur l’administration pour qu’elle mette fin aux expulsions massives d’Haïtiens en vertu du titre 42, une pratique qui a conduit l’envoyé spécial des États-Unis en Haïti à démissionner en octobre 2021. Pendant ce temps, la Maison-Blanche continue d’exclure l’envoi de troupes américaines ou d’une aide militaire supplémentaire à Haïti.

Cependant, il a jusqu’à présent approuvé plus  de 110 millions de dollars d’aide humanitaire pour le pays en 2023 et s’est engagé à soutenir financièrement le déploiement d’une force multinationale dirigée par le Kenya pour aider la police locale à lutter contre les gangs haïtiens. Alors que la situation sécuritaire en Haïti se détériore rapidement, l’administration Biden a exhorté tous les citoyens américains sur l’île à partir, même si les vols d’expulsion se poursuivent.

 Extrait traduit de l’anglais au français ( analyse Conseil des relations étrangères (USA)