Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

25 juin 2024

Suivez-nous

La politique américaine a armé les gangs mieux que la police et l’armée par inadvertance, déclare un colonel des Marines américains à la retraite

12 avril 2024
Mark Cancian / CSIS Senior fellow, retired USMC Colonel

Pendant des années, le gouvernement des États-Unis a refusé d’armer les forces de sécurité haïtiennes, limitant son aide à la fourniture de véhicules de police et d’autres équipements non létaux, alors même que les policiers luttaient pour repousser les gangs brandissant des fusils d’assaut de gros calibre de fabrication américaine.

Mark Cancian, colonel des Marines américains à la retraite et conseiller principal au Center for Strategic and International Studies à Washington, a déclaré que le soi-disant pouvoir de retrait existe depuis qu’il a été créé en vertu de la loi sur l’aide étrangère de 1961. « C’était limité à 100 millions de dollars par an pour ce genre de situation – un pays qui a besoin d’équipement mais qui n’a pas l’argent pour payer l’équipement et peut-être que nous avons un excédent et que nous le donnons simplement au pays », a-t-il déclaré.

Les séquences vidéo récentes montrent des membres de gangs avec des armes très coûteuses et une formation apparente pour les utiliser. Il n’y a aucune indication d’une pénurie de munitions, a-t-il dit. « J’ai été étonné que la politique américaine ait par inadvertance armé les gangs mieux que la police et l’armée », a-t-il déclaré.

« Les forces de sécurité n’ont pas pu obtenir les armes dont elles avaient besoin en raison des restrictions imposées par les États-Unis aux forces de l’ordre, tandis que les gangs, confrontés à un tel obstacle, ont pu acquérir des armes plus lourdes et plus sophistiquées.»

Limites d’exportation

Les limites d’exportation exigeaient non seulement que la police haïtienne obtienne la permission des États-Unis pour acheter des armes, mais elles dictaient également les types d’armes à feu et de munitions, qu’Haïti ne pouvait acheter qu’à des pays autres que les États-Unis. Ces règlements, disent deux anciens chefs de police haïtiens, retardaient la vitesse à laquelle ils pouvaient mettre les armes entre les mains des policiers et limitaient la capacité de la police à éradiquer les gangs.

Prenons l’exemple de la 28e promotion de 800 nouvelles recrues de la police, qui a eu lieu il y a quelques années à peine. Michel-Ange Gédéon, qui a été chef de la police entre 2017 et 2020, se souvient que les policiers n’ont pas pu obtenir leur diplôme à temps de l’école de police en raison de la pénurie d’armes et de munitions. Gédéon a dirigé la police nationale alors que les derniers Casques bleus de l’ONU se préparaient à mettre fin à la mission après 15 ans.

Il a demandé des véhicules blindés, deux hélicoptères, des munitions et des fusils automatiques pour les unités spécialisées de la police, dans le cadre d’un plan stratégique quinquennal de la Police nationale d’Haïti. Rien de tout cela n’a été donné, ni par le gouvernement haïtien de l’époque, ni par la communauté internationale. Reconnaissant que les mêmes gangs qu’il a combattus il y a quelques années ont plus d’armes et plus de munitions aujourd’hui, Gédéon croit toujours que « c’est quelque chose que nous aurions pu résoudre au début, si nous avions eu assez de force, assez de pouvoir pour résoudre le problème.

Mais malheureusement, nous n’avions pas l’équipement ou les armes que j’avais demandées. En ce qui concerne les armes en route vers les forces de police, Gédéon a déclaré que « c’est une bonne chose » et espère que c’est le début d’une nouvelle politique.

Extrait de l’Article de Miami Herald (télécharger l’intégralité en anglais)

Partagez ceci avec vos proches: