Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

25 juin 2024

Suivez-nous

Haïti : Réunion privée du Conseil de Sécurité des Nations Unies

Demain après-midi (6 mars), le Conseil de sécurité se réunira pour une séance privée sur Haïti. L’Équateur et les États-Unis, les porte-plume d’Haïti, ont demandé la réunion pour discuter de la dernière escalade de la violence des gangs dans le pays. Un responsable du Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix (DPPA) de l’ONU devrait faire un briefing. Haïti et le Kenya devraient participer en vertu de l’article 37 du règlement intérieur provisoire du Conseil.

Depuis le 29 février, des bandes criminelles de la capitale Port-au-Prince mènent des attaques coordonnées contre des postes de police, des prisons, des infrastructures critiques et des sites civils de la ville. Le 2 mars, des membres de gangs armés ont attaqué deux pénitenciers, libérant au moins 3 800 détenus, après quoi les autorités haïtiennes ont annoncé l‘état d’urgence pour trois jours  et imposé un couvre-feu nocturne. Hier (4 mars), des hommes armés ont tenté de s’emparer du principal aéroport international de la ville. Au moins quatre policiers et cinq civils ont été tués dans les violences depuis le 29 février, tandis que près de 15 000 personnes ont été déplacées.

Le chef de gang Jimmy Chérizier (également connu sous le nom de « Barbeque ») a revendiqué la responsabilité des attaques. Chérizier, qui dirige une alliance de gangs appelée « Famille et alliés du G9 », a déclaré dans une vidéo que son objectif était de capturer le chef de la police et les ministres du gouvernement haïtien et d’empêcher le retour du Premier ministre par intérim Ariel Henry, qui s’était rendu au Kenya pour signer un accord facilitant le déploiement d’une mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS) pour aider Haïti à lutter contre la violence des gangs. En octobre 2023, le Conseil de sécurité a adopté  la résolution 2699, autorisant le déploiement d’une mission MSS sous la direction du Kenya, mais l’opération a depuis été retardée, en partie en raison d’une décision de la Haute Cour du Kenya qui exigeait un accord de sécurité bilatéral entre les pays avant le déploiement. On ignore où se trouve actuellement Henry.

L’une des principales préoccupations liées à la violence actuelle est de savoir si les gangs du G9 agissent seuls ou de concert avec d’autres, en particulier une coalition connue sous le nom de G-Pep, qui est l’autre principale alliance de gangs à Port-au-Prince et le principal rival du G9. En septembre 2023, les coalitions ont annoncé une trêve dans le cadre d’une initiative appelée Viv Ansanm (« vivre ensemble » en créole haïtien) et auraient fait allusion à la possibilité d’unir leurs forces pour faire face à la mission du MSS. Alors que la trêve a été rompue après seulement quelques jours, Chérizier a fait référence à Viv Ansanm dans sa vidéo annonçant les dernières attaques, indiquant peut-être que l’initiative avait été relancée alors que le déploiement de la mission MSS semble se rapprocher. Alors que les alliances entre gangs haïtiens ont généralement été fragmentées et éphémères, un front uni pourrait constituer un défi important pour la mission.

Hier, le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, a déclaré que le Secrétaire général était « profondément préoccupé » par la détérioration rapide de la situation sécuritaire à Port-au-Prince et qu’il exhortait la communauté internationale à fournir un soutien supplémentaire à la mission MSS pour répondre aux besoins de sécurité d’Haïti et « empêcher le pays de plonger davantage dans le chaos ». Auparavant, le 29 février, M. Dujarric avait noté que cinq pays – les Bahamas, le Bangladesh, la Barbade, le Bénin et le Tchad – avaient officiellement notifié à l’ONU leur intention de fournir du personnel à la mission, comme le demandait la résolution 2699, et que 10,8 millions de dollars avaient été déposés dans le fonds d’affectation spéciale de la mission de l’ONU. Ces contributions confirmées sont inférieures aux  5 000 policiers et aux 240 millions de dollars par an requis par la mission, bien que plusieurs autres pays aient annoncé leur intention de fournir un soutien, y compris les États-Unis, qui ont déjà promis jusqu’à 200 millions de dollars de contributions matérielles et logistiques.

La récente escalade de la violence représente une nouvelle détérioration de la situation en Haïti, qui est en proie à une crise multidimensionnelle caractérisée par une impasse politique, une violence extrême et des conditions humanitaires désastreuses depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021. Le pays ne dispose actuellement pas d’un seul responsable démocratiquement élu, le gouvernement intérimaire dirigé par Henry n’ayant pas été en mesure de parvenir à un accord politique avec les groupes d’opposition sur l’organisation des élections. Au milieu de l’impasse, des gangs criminels politiquement connectés ont pris le contrôle de 80 % de Port-au-Prince, la capitale, alimentant des niveaux de violence sans précédent.

Selon le dernier rapport du Secrétaire général  sur le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), publié le 15 janvier et couvrant l’évolution de la situation depuis le 16 octobre 2023, le nombre d’homicides signalés en 2023 a atteint près de 5 000, soit une augmentation de 120 % par rapport à 2022. S’exprimant lors d’une conférence de presse tenue le 28 février  peu avant la dernière escalade de la violence, la Coordonnatrice résidente et humanitaire des Nations Unies en Haïti, Ulrika Richardson, a noté que 314 000 Haïtiens étaient déplacés à l’intérieur du pays et que 4,4 millions, soit environ 40 % de la population, souffraient d’insécurité alimentaire aiguë.

Lors de la réunion privée de demain, les membres du Conseil devraient exprimer leur profonde préoccupation face à la nouvelle détérioration de la situation sécuritaire dans le pays. Ils peuvent souligner l’importance du déploiement rapide de la mission MSS pour aider les autorités nationales à rétablir l’ordre et se féliciter de la signature de l’accord bilatéral entre Haïti et le Kenya à cet égard.

Ils peuvent également appeler à des progrès sur la voie politique de l’organisation d’élections nationales afin de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité en Haïti. Comme il s’agira d’une réunion à huis clos, les membres du Conseil pourraient également envisager de publier un communiqué de presse pour transmettre ces messages.

Lire sur Regards sur les Amériques

Partagez ceci avec vos proches: