Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

14 juin 2024

Suivez-nous

Haïti : au moins 806 personnes ont été tuées, blessées ou kidnappées en janvier 2024

ByLe Quotidien 509

10 février 2024
People march as tires burn during a protest against insecurity, on August 7, 2023, near the Prime Minister's official house in Port-au-Prince, Haiti. Some 300 women and minors were kidnapped in Haiti by criminal gangs in the first half of this year, UNICEF said Monday, warning of a disturbing rise in abductions that leave "deep physical and psychological scars." The surge in abductions threatens "both the people of Haiti and those who have come to help." (Photo by Richard PIERRIN / AFP) (Photo by RICHARD PIERRIN/AFP via Getty Images)

Selon le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH), au moins 806 personnes ont été tuées, blessées ou kidnappées en janvier 2024. Quelque 300 membres de gangs ont également été tués ou blessés, portant le nombre total de personnes touchées à 1.108, soit plus de trois fois le nombre enregistré en janvier 2023.

« La situation déjà désastreuse des droits humains s’est encore détériorée, dans un contexte de violence incessante et croissante des gangs, avec des conséquences désastreuses pour les Haïtiens », a dénoncé dans un communiqué, Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

L’impact de ce torrent de violence sur les enfants reste particulièrement préoccupant. En 2023, 167 enfants ont été tués ou blessés par balles. Certains ont été exécutés par des gangs ou des groupes dits « d’autodéfense » pour leur soutien présumé à leurs rivaux, ont précisé les services du Haut-Commissaire Türk, qui s’inquiètent du recrutement d’enfants dans des gangs.

À la violence endémique des gangs viennent s’ajouter, ces derniers jours, de violents affrontements entre la police et des manifestants qui réclament le départ du chef du gouvernement, Ariel Henry. 

Entre le 20 janvier et le 7 février, au moins 16 personnes ont été tuées et 29 autres blessées, principalement dans le cadre d’affrontements entre manifestants et policiers, précise l’ONU.« Des manifestations antigouvernementales de rue et des troubles civils, soutenus par les partis politiques d’opposition, ont eu lieu ces dernières semaines dans au moins 24 villes du pays, y compris dans la capitale. 

Les écoles, les services publics et les entreprises locales ont été contraints de fermer », a déclaré lors d’un point de presse à Genève, Marta Hurtado, porte-parole du HCDH.

Plus de 313.000 personnes ont été contraintes de fuir leur foyer. Beaucoup ont cherché refuge dans des sites surpeuplés et insalubres, ce qui affecte leur capacité à accéder aux services de santé et d’éducation.

« Comme je l’ai dit à maintes reprises, même si l’amélioration de la situation sécuritaire est une condition préalable pour briser le cycle des crises en Haïti, la stabilité à long terme ne sera atteinte qu’en s’attaquant aux causes profondes de la pauvreté, de la discrimination sociale et économique, mais aussi de la corruption », a conclu M. Türk.

Avec OnuInfos