Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

13 juin 2024

Suivez-nous

Crise en Haïti : des experts de l’ONU accusent les États-Unis 

ByLe Quotidien 509

4 avril 2024

Certains gangs haïtiens disposent d’arsenaux plus importants que ceux de la police, car les groupes criminels deviennent “plus forts, plus riches et plus autonomes” en utilisant le trafic d’armes pour alimenter leur croissance, selon des experts de l’ONU.

Les conséquences ont plongé le pays des Caraïbes dans une crise politique et humanitaire permanente. Actuellement, il y a “des niveaux sans précédent d’anarchie”, a déclaré Sylvie Bertrand, représentante régionale de l’ONUDC, à l’agence de presse de l’ONU.

Des AK-47 russes aux fusils d’assaut israéliens Galil en passant par les AR-15 fabriqués aux États-Unis, un pic de trafic d’armes de plus en plus sophistiquées s’est emparé d’Haïti depuis 2021, a déclaré l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son dernier rapport sur le commerce illégal d’armes en Haïti.

Un grand nombre de ces armes illégales sont à l’origine des récentes informations faisant état d’attaques aléatoires de tireurs d’élite, de pillages de masse, d’enlèvements et d’attaques de prisons pour libérer des milliers de détenus, ce qui a entraîné le déplacement de plus de 362 000 Haïtiens fuyant la violence.

Plus de puissance de feu que la police

Selon Robert Muggah, expert indépendant et auteur de Haiti’s Criminal Markets, certains gangs utilisent le trafic d’armes pour étendre leur influence et revendiquer des emplacements stratégiques qui entravent les efforts visant à mettre fin à l’entrée illégale d’un plus grand nombre d’armes.

“Nous avons une situation très déconcertante et troublante en Haïti, probablement la pire que j’ai vue en plus de 20 ans de travail dans le pays”, a déclaré M. Muggah.

Trafiqués principalement depuis les États-Unis, ces “arsenaux mortels” signifient que les gangs ont “une puissance de feu qui dépasse celle de la police nationale haïtienne”, selon le groupe d’experts de l’ONU chargé de surveiller les sanctions imposées à Haïti par le Conseil de sécurité en 2022, face à l’aggravation de la violence des gangs armés.

Le problème est que plus les armes entrent, plus les gangs étendent leur contrôle sur des points stratégiques tels que les ports et les routes, ce qui rend encore plus difficile pour les autorités d’empêcher le trafic d’armes, a déclaré Mme Bertrand de l’ONUDC.

Conséquences sur le terrain

Certaines des conséquences de la violence endémique des gangs se manifestent dans tout le pays.

Une analyse soutenue par l’ONU a révélé que près de la moitié des 11,7 millions d’habitants d’Haïti ont besoin d’une aide alimentaire et que les déplacements massifs se poursuivent alors que les gens fuient pour se mettre à l’abri. Les hôpitaux signalent une forte augmentation des décès et des blessures par balle.

“Le nombre croissant d’armes en circulation et la modernisation des arsenaux ont un impact sur la létalité et la gravité des blessures infligées”, a déclaré le personnel médical en Haïti au groupe d’experts de l’ONU.

On estime que 150 à 200 groupes armés opèrent actuellement en Haïti, un pays qui partage l’île d’Hispaniola avec la République dominicaine, a déclaré M. Muggah, qui est un expert indépendant en matière de sécurité et de développement.

À l’heure actuelle, environ 23 gangs opèrent dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et se sont divisés en deux grandes coalitions : G-Pèp, dirigé par Gabriel Jean Pierre, également appelé Ti Gabriel, et G9 Famille et Alliés, dirigé par Jimmy Chérizier, connu sous le nom de Barbecue.

Ces derniers mois, les deux factions rivales ont uni leurs forces “dans des attaques coordonnées” visant l’aéroport, le Palais national, le Théâtre national, les hôpitaux, les écoles, les postes de police, les bureaux de douane et les ports, “forçant ainsi leur volonté et étendant leur territoire”, a-t-il expliqué.

“Les gangs contrôlent en fait des zones très stratégiques de la capitale et les routes principales reliant Port-au-Prince aux ports et aux frontières terrestres, ainsi que les villes et les zones côtières, où se déroulent de nombreux trafics”, a déclaré M. Muggah.

L’approvisionnement : Sources et itinéraires américains

Un petit nombre de gangs haïtiens sont hautement spécialisés dans l’acquisition, le stockage et la distribution d’armes et de munitions, selon le rapport de l’ONUDC.

La plupart des armes à feu et des munitions introduites en Haïti, que ce soit directement ou via un autre pays, proviennent des États-Unis, a déclaré Mme Bertrand de l’ONUDC, ajoutant que les armes et les balles sont généralement achetées dans des points de vente au détail agréés, des expositions d’armes à feu ou des prêteurs sur gages, et expédiées par voie maritime.

Des soupçons sont également apparus concernant des opérations illégales impliquant des vols non enregistrés et de petits aéroports le long de la côte sud de la Floride, ainsi que la présence de pistes d’atterrissage clandestines en Haïti, a-t-elle ajouté.

Répression du trafic

L’ONUDC a identifié quatre itinéraires de trafic empruntant les frontières poreuses d’Haïti, deux partant de Floride via des cargos vers Port-au-Prince et vers les côtes nord et ouest via Turks et Caicos et les Bahamas, et d’autres via des porte-conteneurs, des bateaux de pêche, des barges ou de petits avions arrivant dans la ville septentrionale de Cap-Haïtien et par des traversées terrestres depuis la République dominicaine.

La plupart des saisies effectuées par les autorités américaines ont été réalisées à Miami, et même si les agences de contrôle ont doublé le nombre de perquisitions en 2023, il arrive que les autorités ne trouvent pas les armes et les munitions illicites, souvent cachées dans des paquets étroitement empilés de toutes formes et de toutes tailles, selon l’ONUDC.

Afin de “réduire considérablement le flux d’armes dans le pays”, l’agence des Nations unies forme des “unités de contrôle” dans les ports et les aéroports, composées de policiers, de douaniers et de garde-côtes, afin d’identifier et d’inspecter les conteneurs et les cargaisons à haut risque, et s’efforce de faciliter leur utilisation de radars et d’autres outils essentiels, a déclaré Mme Bertrand.

Les personnes qui ont fui leurs maisons à cause de la violence vivent maintenant dans une école hébergée dans une école de Port-au-Prince. 

La communauté internationale doit “s’intensifier

Cependant, la sécurité doit être stabilisée afin d’améliorer la capacité d’Haïti à surveiller et à contrôler toutes ses frontières, a-t-elle déclaré, ajoutant que “les forces de l’ordre sont très occupées à essayer de contenir la crise dans les rues de Port-au-Prince”.

En ce qui concerne la prochaine mission multinationale de soutien à la sécurité mandatée par le Conseil de sécurité de l’ONU, Mme Bertrand a déclaré qu’il serait essentiel de “soutenir le travail très courageux déjà effectué par la police”.

M. Muggah a abondé dans le même sens en déclarant que le renforcement de la police nationale haïtienne était “une priorité absolue”.

“Dans un environnement géopolitique où de nombreux acteurs sont dans certains cas paralysés pour répondre”, a-t-il averti, la communauté internationale a une “responsabilité incroyablement importante” pour soutenir Haïti en cette période de besoin critique “parce qu’une mauvaise situation pourrait s’aggraver considérablement si nous n’intervenons pas”.

Avec OnuInfos