Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

22 juin 2024

Suivez-nous

Conseil Présidentiel en gestation : la lutte pour la présidence retarde le processus

ByLe Quotidien 509

26 mars 2024
Haiti. Province of Ouest. Port-Au-Prince. Political demonstration by the supporters " chimres" of the president of Haiti, Jean-Bertrand Aristide and his political party, called Lavalas. They ask with their five fingers wide open that the actual president Jean-Bertrand Aristide remains in power for the next five years. A picture of Jean-Bertrand Aristide, as a man of peace with both his hands open for the county and the haitian flag, is shown by the demonstators as a symbol of loyalty and continuity for the future of Haiti. The police controls the good progress of the demonstration by prohibiting any disorders and clashes with the supporters of the 184 group (opposition to Aristide). © 2003 Didier Ruef

Après plusieurs rencontres déroulées lundi sur la plateforme Zoom, les membres pressentis pour constituer le Conseil présidentiel en gestation n’ont pas réussi à se choisir un président.

L’enjeu est de taille, c’est le président du Conseil de transition qui aura à diriger le pays. Aussi, parmi les 7 prétendants, chacun cherche à tirer le lot gagnant.

La réunion qui devrait leur permettre d’élire un président n’a finalement pas eu lieu, les représentants de Fanmi Lavalas et de l’Accord de Montana, respectivement Lesly Voltaire et Fritz A. Jean, ont mis de nouvelles conditions sur la table empêchant ainsi un aboutissement concret de cette ultime rencontre.

Dans une note publique, les responsables de l’Accord de Montana ont confirmé avoir sollicité le report de cette élection pour un délai ne dépassant pas trois jours.

Ils arguent qu’il doit y avoir, au préalable, un accord politique qui renseigne la nation sur les grandes lignes de la transition. Ils exigent également un document portant sur l’organisation, le fonctionnement et la mission spécifique du conseil ainsi que les responsabilités particulières de chacun de ses membres.

Dans cette note signée par Magali Comeau Denis et Jacques Ted Saint-Dic, l’Accord de Montana évoquent aussi l’opacité qui entoure le processus. Ils signalent que cela constitue un mauvais signal de départ pour l’ensemble du déroulement de la transition.

« Les candidatures à cette fonction importante de représentation demeurent inconnues de la population », soulignent les signataires de la note.

Ils souhaitent que les moyens technologiques disponibles aujourd’hui soient utilisés pour que cette séance d’élection soit publique.

Au fait, on a appris que les représentants de l’Accord de Montana et leurs alliés au sein du conseil en formation, n’ont pas réussi à dégager une majorité pour faire élire l’économiste et ex-gouverneur de la Banque Centrale Fritz Alphonse Jean à la présidence.

La tendance serait plutôt favorable au candidat de l’Accord du 21 décembre, le docteur et ex-sénateur Louis Gérald Gilles.

La Rédaction

Partagez ceci avec vos proches: