Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

25 juin 2024

Suivez-nous

CARICOM exige : Ariel Henry promet des élections pour août 2025

28 février 2024 , , ,

Le président du Guyana, Irfaan Ali, et d’autres dirigeants de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) ont convenu mercredi que le bloc régional dirigerait une équipe aux côtés de partenaires internationaux en Haïti pour déterminer ce dont ce pays déchiré par les conflits a besoin pour se préparer aux élections au plus tard en août 2025.

Le Premier ministre des Bahamas, Phillip Davis, a déclaré que l’équipe d’évaluation des lacunes, qui comprendrait des représentants de la CARICOM et des Nations Unies, serait soutenue par les États-Unis, le Canada et l’Organisation des États américains (OEA).

« Cette équipe d’évaluation sera là pour soutenir la planification et les efforts, les institutions haïtiennes concernées, et, espérons-le, sera mise en place dans le but d’organiser ces élections avant le 31 août 2025 », a déclaré M. Davis.

Cette équipe d’évaluation des besoins devrait être finalisée d’ici le 31 mars 2024.

Le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, a déclaré plus tôt mercredi aux journalistes que lors d’une réunion franche entre les dirigeants de la CARICOM, des représentants des États-Unis, du Canada et de la France, le Premier ministre par intérim d’Haïti, Ariel Henry, avait accepté de partager le pouvoir politique avec l’opposition et d’organiser des élections dans un délai d’un an.

« Alors que nous réglons les problèmes politiques, il ne s’agit pas seulement d’avoir un groupe intérimaire de partage du pouvoir pour gouverner Haïti, mais aussi de renforcer les institutions, de rétablir l’appareil électoral, les institutions démocratiques et en même temps de fixer une date ferme, peut-être dans les 12 prochains mois pour les élections présidentielles. Ce sont là quelques-unes des conditions préalables qui doivent être remplies, si ce n’est pas avant, alors que nous cherchons à rendre cette mission pleinement opérationnelle en Haïti », a-t-il déclaré.

Le président de la CARICOM, le président du Guyana, Irfaan Ali, a laissé entendre que les pourparlers à huis clos avec le Premier ministre haïtien étaient difficiles. « La question d’Haïti a été une tâche très, très difficile. Il a crédité la Jamaïque, la Barbade, les Bahamas, la Dominique et les États-Unis d’avoir tenu plus de 15 heures de travail dans la barre latérale plus 10 heures supplémentaires de pourparlers formels. Le Dr Ali a remercié M. Henry pour les engagements qu’il a pris au cours de « cette discussion très, très franche et ouverte ».

 « Chaque partie prenante doit reconnaître que nous n’obtiendrons pas tout l’un, mais qu’il doit obtenir ce dont il a besoin, donc chaque partie prenante en Haïti doit également donner pour qu’Haïti obtienne ce dont elle a besoin », a-t-il déclaré.

Avec sources combinées

Partagez ceci avec vos proches: