Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

14 juin 2024

Suivez-nous

Barbecue : 50 % des fonds du G9 provenaient du président Jovenel Moïse selon InSight Crime

ByLe Quotidien 509

6 avril 2024

L’ancien policier Jimmy Chérizier, alias « Barbecue », est l’un des chefs de gang les plus importants d’Haïti. Il est connu pour avoir formé le « G9 et la Famille » (G9 an fanmi – G9), une fédération criminelle de neuf des gangs les plus puissants de la capitale haïtienne, Port-au-Prince.

Barbecue a collaboré avec la police et le Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK), actuellement au pouvoir. Cependant, il a récemment lancé des défis à l’État haïtien, appelant à une révolution en juin 2021 et exigeant la démission du président par intérim Ariel Henry. Et il continue actuellement de chercher à profiter du vide de pouvoir laissé par l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse.

Histoire

La carrière criminelle de Barbecue remonte au moins à 2017, alors qu’il était policier.

Il s’est fait connaître pour la première fois en novembre 2017, lorsqu’il a participé à une opération antigang présumée qui a conduit à l’exécution extrajudiciaire d’au moins neuf civils innocents dans le quartier de Grand Ravine à Port-au-Prince.

Un an plus tard, Barbecue aurait participé au massacre de La Saline avec son gang Delmas 6 et d’autres groupes, dont Cité Soleil, Baz Pilate et Ti Bwa. Des témoins ont rapporté qu’au cours de l’attaque, il a été vu en train de parler à l’ancien fonctionnaire du gouvernement, Joseph Pierre, Richard Duplan et à d’autres chefs de gangs.

Il s‘agit du pire massacre à frapper Haïti depuis plus d’une décennie, avec au moins 71 personnes tuées. Barbecue a été licencié un mois plus tard et un mandat d’arrêt a été émis  contre lui.

Cependant, il a réussi à échapper à la capture et a pris part à une attaque de quatre jours dans le quartier de Bel-Air à Port-au-Prince en novembre 2019. Barbecue et des membres de quatre gangs – Delmas 6, Base Nan Chabon, Krache Dife et St Martin Street Gang – ont incendié des maisons et tué au moins 24 personnes.

Avant ces massacres, Barbecue a reçu un soutien matériel, logistique et financier de la part de hauts responsables du gouvernement du président Jovenel Moïse. Ils lui ont fourni de l’argent, des armes, des uniformes de police et des véhicules gouvernementaux pour mener à bien les attaques.

Un haut responsable du gouvernement a déclaré à InSight Crime qu’avant l’assassinat de Jovenel Moïse, 50 % des fonds du G9 provenaient de l’argent du gouvernement, 30 % d’enlèvements et 20 % d’extorsion ; Cependant, après le 7 juillet, le financement gouvernemental a été réduit de 30 %.

Les massacres, perpétrés principalement dans les quartiers de l’opposition à travers la capitale haïtienne, ont été mutuellement bénéfiques pour les hauts responsables de l’État et Barbecue : le gouvernement pouvait sévir contre les bastions de l’opposition ; De son côté, Barbecue pourrait accroître son influence en tant que chef du gang Delmas 6, un rôle qu’il a nié à plusieurs reprises.

À l’époque, Jovenel Moïse faisait face à des manifestations constantes exigeant sa démission. Les Haïtiens l’ont blâmé pour la crise économique actuelle du pays, la corruption endémique, les pénuries d’essence et la montée de la violence.

Avant la création du G9 en 2020, Barbecue était devenu suffisamment puissant pour mener des actions qui relevaient de la responsabilité de la Police nationale d’Haïti (PNH). Moins de 24 heures après que le ministre de la Justice et de la Sécurité publique lors a annoncé une opération antigang dans le Village de Dieu, M. Barbecue a déclaré que lui et 19 autres policiers pourraient nettoyer la communauté.

En mai 2020, Barbecue a été lié à de nouvelles attaques dans la capitale. Avec des chefs de gangs alliés prétendument proches du gouvernement, ils ont tenu une « réunion préparatoire » pour « organiser des attaques simultanées » dans plusieurs quartiers de Port-au-Prince, comme l’a révélé le  Réseau national de défense des droits de l’homme (RNDDH) d’Haïti.

Quelques jours plus tard, Barbecue et plusieurs gangs qu’il avait réussi à rassembler attaquèrent les quartiers de Pont-Rouge, Chancerelles, La Saline et Fort Dimanche pour étendre leur contrôle territorial, avec l’appui de la police nationale. Plusieurs personnes ont été incinérées ou tuées par balle, et des dizaines de maisons ont été incendiées.

Les attaques ont eu lieu juste avant la formation du G9 et de Familia, une coalition annoncée par Barbecue dans une vidéo publiée sur YouTube en juin 2020. Il y présentait une telle alliance de gangs comme un moyen de rétablir la paixà Port-au-Prince. Mais au contraire, la coalition a permis aux gangs d’étendre leur contrôle territorial et a donné aux politiciens une arme unifiée pour éliminer l’opposition.

Barbecue a été confronté à plusieurs défis en tant que chef de la coalition. L’une d’entre elles concerne les affrontements internes. À la mi-2021,  il a agi en tant qu’artisan de la paixaprès que le gang Grand Ravine a lancé des attaques contre le quartier de Ti Bwa, contrôlé par le gang Chrisla.

Les tensions entre le G9 et Familia et les représentants de l’État se sont également accrues. À la fin du mois de juin 2021, Barbecue et ses hommes ont défilé dans les rues de La Saline, brandissant des armes qu’ils avaient jusque-là cachées.

C’est à ce moment-là que Barbecue a appelé à  la révolution contre l’opposition, le secteur des affaires et le parti au pouvoir, dans une vidéo dans laquelle il apparaît entouré de dizaines d’hommes masqués et lourdement armés. Il a ensuite ajouté que lui et ses alliés étaient « prêts pour la guerre ».

Le 7 juillet, Barbecue et le G9 ont atteint leur paroxysme lorsque leur supposé soutien politique, le président Jovenel Moïse, a été assassiné dans sa résidence privée.

Quelques jours plus tard, Barbecue a défilé avec des centaines de personnes dans les rues du quartier de Lower Delmas à Port-au-Prince pour rendre hommage à Moïse.

Actuellement, il semble qu’il essaie de profiter du vide de pouvoir qui a été laissé après l’assassinat. « Tout le monde doit attendre mes ordres avant de répondre à l’assassinat de Jovenel Moïse », a-t-il déclaré lors de la marche.

En octobre 2021,  il a forcé le Premier ministre par intérim, Ariel Henry, à fuir une cérémonie que Barbecue a célébrée entourée d’hommes armés.

En novembre 2021, Barbecue et le G9 ont mené un blocus du plus grand terminal pétrolier d’Haïti, le terminal de Varreux. Le blocus s’inscrivait dans le cadre d’un effort coordonné des groupes criminels visant à restreindre l’accès au carburant dans tout Haïti afin de déstabiliser le gouvernement. Les pénuries et le chaos provoqués par le blocus ont montré à quel point les gangs haïtiens avaient accumulé du pouvoir.

Le barbecue a de nouveau fait la une des journaux en mai 2022, lorsqu’une guerre des gangs brutale a fait rage pendant 12 jours dans les communes du nord de Port-au-Prince. Le plus grand gang d’Haïti, 400 Mawozo, a envahi le quartier de Cul-de-Sac, un secteur contrôlé par le G9. Dans les heures qui ont suivi l’attaque, Barbecue et des centaines de ses hommes ont envahi le quartier pour repousser 400 Mawozo.

Le barbecue a été une pièce maîtresse des sanctions proposées par les pays de la région. En 2020, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au chef de gang et, en septembre 2022, la République dominicaine a interdit l’entrée dans le pays à plusieurs figures criminelles haïtiennes, dont Barbecue.

En octobre 2022, le chef de gang a fait l’objet de sanctions potentielles du Conseil de sécurité de l’ONU, après que lui et des combattants du G9 ont bloqué l’entrée du terminal Varreux pour la deuxième fois en moins d’un an, provoquant une fois de plus une énorme crise du carburant et paralysant l’économie du pays.

Activités criminelles

Le rôle principal de Barbecue dans la criminalité en Haïti a été de diriger l’alliance des gangs du G9.

Il est intervenu en tant qu’artisan de la paix pour apaiser les divisions internes et a mobilisé des gangs pour commettre des assassinats ciblés. Il a longtemps servi de pont entre les gangs de la capitale et les représentants de l’État, rapprochant les deux camps pour commettre des massacres parrainés par l’État.

Les membres du G9 et de Familia se livrent principalement à l’extorsion. Ils facturent des « frais de protection » aux entreprises locales, aux étals des vendeurs ambulants et aux chauffeurs des transports publics. Ils procèdent également à des enlèvements contre rançon. Dans d’autres cas, les gangs se sont emparés de services publics tels que l’électricité ou l’approvisionnement en eau pour les faire payer.

Les membres de l’alliance pourraient également être impliqués dans le trafic régional d’armes, bien que cela ne soit pas encore clair. Auparavant, certains représentants de l’État avaient fourni des armes à des gangs pour qu’ils commettent des massacres ciblés. Le barbecue a été un intermédiaire clé dans ce processus.

Géographie

Les activités de Barbecue se sont principalement concentrées dans les quartiers de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, à travers son rôle de leader du G9. Cependant, sa portée géographique est inconnue.

Le quartier de Bas-Delmas,  dans la capitale, a longtemps été un bastion du barbecue. C’est dans ce quartier que se trouve son gang Delmas 6.

Son influence dans la capitale s’est accrue ces dernières années, à mesure que les membres du G9 ont étendu leur contrôle territorial. Par exemple, après le massacre de Pont-Rouge en mai 2020, le quartier de Warf Jérémie, dans le centre de Port-au-Prince, est devenu la base opérationnelle de la coalition.

Le G9 occuperait d’autres quartiers à la demande de Barbecue. Il  s’agit notamment du secteur de Belecourt dans le quartier de Cité Soleil à Port-au-Prince, des quartiers de Chancerelles, Delmas, La Saline, Martissant et Pont-Rouge, de la zone périurbaine de Fontamara à Port-au-Prince, de la banlieue de Waf Jérémie, ainsi que de la rue Saint-Martin et de la rue Porcelaine.

Les médias locaux ont également rapporté que le G9 conserve le contrôle de Belekou, dans le quartier de Cité Soleil à Port-au-Prince, dans la commune de Grand Ravine et dans le Village de Dieu.

Des rapports ont suggéré que la coalition a l’intention de s’étendre à d’autres régions d’Haïti, avec Barbecuea à la barre.

Alliés et ennemis

En tant que leader du G9 et de la famille, Barbecue a le soutien de plusieurs alliés puissants.

« Avec tout le pouvoir qu’il a, tout le monde voudrait qu’il soit de son côté », a  déclaré à InSight Crime un leader communautaire d’une zone de Port-au-Prince où l’alliance du G9 est active, sous couvert d’anonymat.

D’autres chefs de gangs du G9 ont agi comme leurs principaux alliés. Parmi eux  , James Alexander, alias « Sonson », du gang Baz Krache Dife ; Ezeckiel Alexandre du gang Baz Pilatos ; Christ Roy Chery, alias « Chrisla », du gang Nan Ti Bwa ; Albert Stevenson, alias « Djouma », du gang de Simon Pelé (arrêté depuis) ; Serge Alectis, alias « Ti Junior », du gang Baz Nan Chabon ; Jean Emiliano Micanor, alias « Micano », du gang Waf Jérémie ; Cendy Marcellin, alias « Zoe », du gang Nan Boston et Andris Icard, alias « Isma », du gang Belekou.

Barbecue a travaillé en étroite collaboration avec ces dirigeants pour parvenir à une expansion territoriale et attaquer ses rivaux.

Onze autres organisations criminelles de Port-au-Prince entretiennent  des relations amicales avec le G9. Au besoin, ils apportent leur soutien à Barbecue et à d’autres chefs de gangs. Cette union est parfois appelée le G20.

Au-delà des bidonvilles de Port-au-Prince, Barbecue a des alliés au plus haut niveau. Il en est venu à être lié au défunt président haïtien Jovenel Moïse et au parti au pouvoir, le PHTK.

On dit que, sous la direction de Barbecue, le G9 a remporté des votes et réprimé les protestations sociales. En retour, certains représentants de l’État sont soupçonnés d’accorder aux membres du G9 l’immunité contre l’application de la loi. Même après l’assassinat de Jovenel Moïse, il est probable que Barbecue maintienne certains de ces liens.

Payés seulement 200 dollars américains, et souvent en retard, de nombreux policiers décident de rejoindre le G9 et de travailler pour Barbecue, qui les paie 1 000 dollars par mois, selon un haut responsable du gouvernement haïtien. Apparemment, ils facilitent vos déplacements et assurent votre sécurité, même lorsque des activités criminelles sont menées.

Il pourrait également facilement travailler avec de nouveaux alliés si le G9 souhaitait s’élargir. Le gang des 400 Mowozo de la commune de Ganthier, dans le centre d’Haïti, et le gang Savien, du département de l’Artibonite, au nord d’Haïti, pourraient s’avérer des alliés utiles.

Le pouvoir de Barbecue et son profil public signifient également qu’il a un certain nombre d’ennemis, qui ont tous changé au fil des ans.

Suite à la création du G9,  « Gabriel » a formé le Gpèp en novembre 2020. Le GPÈP est une alliance de gangs représentant l’opposition politique : certains des gangs qui le composent sont Bel-Air, Grand Ravine et Cité Soleil. Gabriel et Barbecue sont des ennemis jurés.

Alors qu’il entretenait des liens étroits avec le parti au pouvoir dans le pays, il a appelé en juin 2021  à une révolution contre lui, ainsi que contre l’opposition et le secteur des affaires.

Les gangs pro-opposition et leurs dirigeants ont également entretenu des relations hostilesavec Barbecue. Il y a eu des affrontements réguliers entre les hommes de Barbecue et des groupes rivaux. Par exemple, en mai 2020, Barbecue a attaqué Fanmi Lavalas, un gang de Cité Soleil, ainsi que d’autres gangs.

Barbecue pourrait aussi considérer les anciens membres du G9 comme ses ennemis. Le gang de Grand Ravine se serait retiré de l’alliance au début de l’année 2021, en raison d’affrontements internes. En octobre 2020, le chef de gang est apparu dans une émission de radio, affirmant qu’il avait kidnappé un haut dirigeant de loterie parce que Barbecue ne le soutenait pas financièrement.

Perspectives

Barbecue ne jouit plus de l’immunité ni de la protection de son parrain politique, Jovenel Moïse. Bien qu’il ait apparemment gagné plus de pouvoir après la création de l’alliance des gangs du G9, il a également gagné des ennemis. Leur destin pourrait prendre deux chemins différents.

La création du G9 a donné à Barbecue suffisamment de pouvoir et d’indépendance pour devenir un leader criminel influent sur la scène politique.

Puisqu’il cherche à changer sa réputation de criminel en révolutionnaire, il pourrait gagner en légitimité, après quoi les dirigeants de l’élite politique et économique pourraient devenir ses ennemis. Le pouvoir que Barbecue a amassé dans le cadre du G9 est inhabituel, même dans la longue histoire d’Haïti, où il y a eu des pactes en coulisse entre ces groupes et les dirigeants politiques. Cependant, « la perte continue du pouvoir politique parmi les alliés de Moïse pourrait conduire à l’effondrement de l’alliance des gangs du G9 », comme le dit Eric Calpas, un chercheur haïtien sur les gangs.

Les discours de Barbecue et ses apparitions sur les réseaux sociaux montrent une rhétorique de plus en plus politique. En septembre, le chef de gang est apparu dans une vidéo YouTube dans laquelle il qualifiait le G9 et Famille et alliés de mouvement révolutionnaire ; « Nous avons décidé de prendre en main le destin du pays. Cela signifie qu’il faut le libérer des 5 % de personnes qui contrôlent 85 % de la richesse du pays.

Sa déclaration dans une autre vidéo publiée dans un média local est similaire, sauf que dans celle-ci, il est accompagné d’un policier actif ; « Aujourd’hui, en ce moment même, j’étais dans la rue parce que la révolution pour libérer le pays a commencé [en ce moment, une force de police est en marche]. Nous saluons également les policiers qui se joignent au mouvement.

La tentative de Barbecue de faire du G9 un mouvement révolutionnaire plutôt qu’un groupe criminel indique que les gangs sont devenus plus autonomes par rapport à l’élite politique.

Bien que Barbecue ne puisse pas se présenter à un poste politique en raison d’un mandat d’arrêt contre lui, il a la capacité de placer quelqu’un de son choix dans la sphère politique. Cependant, depuis que son parrain politique Jovenel Moïse n’est plus là, il a moins d’alliés politiques ; En fait, même l’élite économique a mis sa tête à prix.

Pour l’instant, le chaos engendré par la mort du président Moïse va apparemment permettre à Barbecue de pénétrer encore plus dans les domaines économique, social et politique de la capitale.

Traduit intégralement de l’espagnol au français

Lire en espagnol sur Insight crime