Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

14 juin 2024

Suivez-nous

à Merger, des citoyens sont persécutés et contraints d’abandonner leurs propriétés

ByLe Quotidien 509

4 mars 2024
© Corentin Fohlen / Divergence

La situation sociopolitique et sécuritaire du pays s’aggrave de jour en jour. De nombreuses personnes dont des professionnels, des marchands, des jeunes des deux sexes, des femmes et des enfants sont victimes d’attaques armées de la part des membres de gangs.
C’est le cas de plusieurs citoyens à Léogâne et dans la localité de Merger à Gressier.

Des bandits ont attaqué, dans la nuit du 1er au 2 mars, la maison de Pierre André Romélus, un comptable professionnel travaillant pour une ONG de la place.

Monsieur Romélus n’était pas sur place au moment de l’attaque mais sa femme Neddy Milaure Romélus et sa fille de 11 ans Vic Neiroodjy ont subi l’agression de 5 hommes armés dont 3 encagoulés.

L’incident s’est produit dans la localité de Merger, non loin de la ville de Gressier. Les malfrats, qui se sont introduits dans la maison du couple, ont agressé physiquement l’épouse du comptable et lui ont intimé l’ordre de leur indiquer où se trouverait son mari. Après avoir fouillé la maison, les bandits sont répartis avec la promesse de revenir, cette fois-ci avec beaucoup plus de fracas.

Monsieur Romélus a du abandonner sa maison avec sa famille dans le souci de protéger leur vie.

Joint au téléphone par la Rédaction de “Le Quotidien 509”, le comptable Romélus a affirmé ne pas connaître les raisons de cette attaque.

Il affirme toutefois que depuis plusieurs années, il est très engagé dans sa localité en aidant les femmes et les filles victimes de viol et de violences des gangs en leur apportant une assistance psychologique et en leur fournissant des kits hygiéniques.

“Pour l’heure je me replie avec ma famille chez un proche à Delmas mais ma femme et ma fille sont très inquiètes pour leur vie”, a affirmé monsieur Romélus ne voulant pas donner de détails sur sa nouvelle adresse.

Il faut dire que depuis plusieurs années, les gangs armés opérant en toute quiétude en Haiti ont contraints de nombreuses familles à abandonner leurs propriétés.

La Rédaction