Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

25 juin 2024

Suivez-nous

L’irresponsabilité et la passivité de certains parents : les cadeaux 2

21 avril 2024

La semaine dernière, nous avons abordé la question des cadeaux et dénoncé, du coup, l’irresponsabilité et la passivité de certains parents qui valident, serait-ce par leur silence, des comportements qu’il faudrait proscrire. Nous avons souligné la différence que nous devons établir entre ce que nous voulons et ce qu’il nous faut, ce dont nous avons envie et ce qui nous fait besoin. A cet effet, il nous faudra convenir que s’il n’est pas sage de tout offrir aux enfants, répondre à tous leurs caprices et fantaisies, il est cependant indispensable de les combler de cadeaux, de bijoux et de joujoux, serait-ce que pour établir l’équilibre dans leurs esprits.

Dans le monde actuel, un enfant, aussi bien qu’un adulte aura toujours besoin d’un smartphone. Il y va de soi que ces besoins doivent être assouvis. La question n’est pas dans l’objet, mais dans son choix qui doit être aussi rationnel qu’émotionnel. Dépendamment de la position et des activités de la personne, elle choisira son téléphone par rapport à ses capacités et ses limites, la folie d’un nouveau téléphone qu’on ne peut même pas utiliser ou se permettre ne suffit pas. C’est ainsi qu’un smartphone peut être offert en cadeau à un enfant, sans problème, pourvu qu’il comprenne sa valeur et qu’il soit en mesure de protéger l’investissement. On n’offre pas un cadeau tout juste pour offrir un cadeau, celui ou celle qui le reçoit doit le mériter et pouvoir en prendre soin. Au niveau matériel, et même sentimental à un certain degré, un cadeau doit être mérité ; il ne faudra jamais négliger l’aspect méritoire de tout privilège.

Jusqu’ici nous n’avons parlé que des cadeaux de valeur. Je voulais vraiment mettre l’accent sur cet aspect de la question qui me semble de toute importance, encore que ces considérations semblent désuètes et méprisées aujourd’hui. Je souhaite, néanmoins, proposer une alternative à tous ces présents de grands prix, je veux parler des cadeaux immatériels. Marquer une occasion particulière, comme l’anniversaire d’un être cher, d’un enfant, d’un copain ou d’un conjoint ne devrait pas se résumer à lui offrir un cadeau onéreux. Il est encore plus intéressant d’offrir et de recevoir ce qui dépasse la valeur de l’argent, autrement dit, ce qui n’est pas matériellement estimable.

Passer du temps et sortir avec quelqu’un que l’on aime, lui préparer un bon repas de circonstance, lui offrir des parfums, des ballons, des gâteaux et viennoiseries, des chocolats et des fleurs, tout ça me semble fortement indiqué, avec une grande valeur sentimentale de surcroît. C’est triste que ce soit un petit ami ou un mari qui offre des fleurs pour la première fois à une demoiselle, alors que son père est vivant. Le père d’une jeune fille doit être son premier amoureux, tout comme la mère d’un garçon demeure son premier amour. Les parents doivent bien comprendre ces nuances afin de mieux embrasser leur mission et éduquer les enfants sur ces aspects particuliers des cadeaux et des convenances. Si un enfant n’est pas exposé au langage des fleurs, il n’a jamais vu ses parents échanger des roses, encore moins qu’on lui en aurait offert, comment arrivera-t-il à reprendre ces gestes romantiques lorsqu’il sera devenu lui-même adulte ? On n’y pense pas souvent, à tort, mais les enfants auront tendance à reproduire, dans la vie adulte, la même attention qu’ils auront reçu de leurs parents.

En dernier lieu, il est important de se rappeler qu’un cadeau représente tout à la fois celui qui le reçoit et celui qui l’offre. Il faut s’assurer de bien choisir selon sa propre image, bien entendu; tout comme les gouts de la personne à qui l’on souhaite plaire. Et tout naturellement, nous devons apprendre aux enfants à apprécier les gestes beaucoup plus que la valeur matérielle qui vient avec les cadeaux, afin de remercier avec grâce et manifester de la gratitude pour tout.

A sortir prochainement : Au restaurant

Si vous aimez la rubrique, partagez-là. Le cas échéant, partagez-la quand même. Il se peut que quelqu’un y trouve matière à réflexion.

Au plaisir de servir…

Patrick G. Volcy

Partagez ceci avec vos proches: