Le Quotidien 509

Plus de prévisions: Meteo a 25 jours

22 juin 2024

Suivez-nous

Équateur : des hommes armés ont pris d’assaut une chaîne de télévision

ByLe Quotidien 509

10 janvier 2024

La police équatorienne a déclaré avoir arrêté plusieurs hommes armés qui ont fait irruption sur le plateau d’une chaîne de télévision publique, mardi, lors d’une émission en direct et ont forcé le personnel à se coucher et à s’asseoir sur le sol, alors que des coups de feu et des cris étaient entendus en arrière-plan.

“L’opération de police à TC Television a permis l’arrestation de 13 personnes, ainsi que la saisie d’armes, d’explosifs et d’autres preuves”, a déclaré le chef de la police équatorienne, Cesar Augusto Zapata, sur le réseau social X.

Zapata a confirmé que les otages avaient été libérés et “mis en sécurité” et a qualifié l’incident d'”acte terroriste”.

Le message comprenait des images de plusieurs hommes aux mains menottées dans le dos.

Peu après que les hommes armés masqués ont interrompu la diffusion en direct, le président Daniel Noboa a publié un décret déclarant que le pays était entré dans un “conflit armé interne”. Ce décret désigne 22 gangs de trafiquants de drogue opérant dans le pays comme des groupes terroristes.

“J’ai ordonné aux forces armées de mener des opérations militaires pour neutraliser ces groupes”, a déclaré le président.

D’autres incidents violents ont eu lieu dans tout le pays, mardi.

Des professeurs et des étudiants de l’université de Guayaquil se sont réfugiés dans des salles de classe après qu’une organisation criminelle se soit emparée de l’établissement.

Le ministère de l’éducation a annoncé la suspension des cours en présentiel dans tout le pays, décrétant le passage en mode en ligne pour l’ensemble du système éducatif national, en raison de la crise sécuritaire.

Les médias locaux ont également signalé la présence d’individus armés dans un hôpital de Guayaquil.

La déclaration de l’état de conflit interne est intervenue au lendemain de la proclamation par le président Noboa de l’état d’urgence pour une durée de 60 jours sur l’ensemble du territoire équatorien, en raison de la grave crise carcérale et sécuritaire que traverse le pays.

Cette décision a été prise après que l’un des chefs de gang les plus dangereux du pays se soit évadé de prison, lundi, ce qui a déclenché une série d’émeutes dans au moins six prisons du pays.

Avec Anadolu Agence

Partagez ceci avec vos proches: